Image haut de page de Magdales présentation information partie bonus et aide index
haut de feuille principale

Message de quête

Ici se trouvent présentés les textes que l'on peut retrouver dans la partie roleplay du jeu concernant les quêtes.

Pour accéder à l’ensemble des messages (y compris ceux des joueurs) veuillez cliquer ici.

Message 1

L'aube venait de poindre dans la vallée d'Ysorme, proche de la ville de Birane. Un soleil pâle illuminait de ses rayons les forêts givrées environnantes. Aujourd'hui encore le soleil n'arriverait pas à faire fondre les glaces. Le rude hiver était particulièrement présent.

Matir, un fermier de forte carrure sortait de sa chaumière et se dirigeait vers le poulailler. L'apparition de l'astre du jour ne l'émut nullement. C'était son compagnon depuis des années au même titre que les chats errants qui vivaient dans les hauteurs de sa ferme.

Le poulailler était un peu plus loin sur le flanc de la montagne et Matir devait traverser un petit champs en bordure de forêts ou paissaient des vaches morzaniques domestiquées. Il s'arrêta à mi chemin les yeux encore froncés par le sommeil. Une deuxième lueur, semblable au soleil luisait dans la forêt, derrière la clairière qu'il traversait. Matir se frotta encore les yeux. Que signifiait cette bizarrerie ?

Inquiet pour ses poules, Matir s'approcha discrètement. Une certaine insécurité le prit à la gorge. Pour se réconforter, il se baissa et prit une branche solide qui lui ferait office de gourdin.

Ainsi équipé, Matir s'avança prudemment vers la source lumineuse. A mesure qu'il s'enfonçait dans la forêt, la lumière du soleil laissait place à une lumière rouge irréelle. L'origine de la luminosité lui était encore inaccessible, caché par des arbres.

S'aventurant à pas léger, Matir s'avança encore. Au détour de chaque arbre, il s'attendait à trouver la source lumineuse mais à chaque fois, il fut déçu et dut avancer encore plus profondément. La peur commençait à se faire sentir. Il serra les dents afin d'éviter qu'elles claquent.

Sa chausse de daim écrasa une branche qui craqua fortement. Une flopée d'oiseau s'en fut de part le ciel, faisant sursauter le brave Matir. Il réalisa alors combien la forêt était silencieuse en cette matinée d'hiver.

Laissant son corps en éveil pour capter les moindres sons, il pris conscience d'une odeur sur laquelle il n'avait pas porté attention. Une odeur sale et puante d'oeuf pourri. Son réflexe fut de penser à ses poules. Soudain il senti une présence dans son dos. Se retournant vaillamment il tenta de porter un coup de gourdin dans la direction de cette silhouette massive. Le coup porta mais la masse ne chavira pas outre mesure. Elle se ressaisit presque aussitôt et désarma le pauvre paysan d'un coup de griffe. Matir était face à face avec un orc, vêtu d'un vêtement rouge or et noir qui portait sur son épaule un petit être enflammé dont seul un sourire enjoué ressortait des flammes. D'autres Orcs se trouvaient derrière le premiers, certains avec un feu follet sur l'épaule, d'autres sans, mais quelques feu follets se promenaient seuls aussi.

L'orc savoura avec un délectable plaisir la mort de Matir sous l'oeil avisé du feu follet.

Quelques heures plus tard, le poulailler et la ferme prirent feu, ainsi que le reste du village, ne laissant que des corps calcinés de la femme et des huit enfants de Matir.

Des scènes équivalentes eurent lieux dans toutes les région de l'île de Magdales. Personne ne savaient d'où venaient ces monstres : ils étaient apparut quasiment même temps autour de toutes les villes.. Il faudrait quelques jours pour que de courageux aventuriers trouvent l'origine des monstres.

Message 2

Morzan était allongé sous la brise fraiche de la matinée. Un épi de maïs entre les dents, il s'était amusé la veille à compter les moutons Morzaniques dans la plaine afin de s'aider à s'endormir. Soudain, au milieu de ses rêves multiples où entre autres il faisait du cheval, tuait des korrigans et devenait le meilleur chevalier du monde, une lumière aveuglante le pénétra par delà son rêve. Une silhouette verte, qu'il reconnut comme étant celle de Neucrasty, l'interpella :

<

-Mais, Dieu, je ne peux rien faire sans arme ! Donne moi de quoi tuer au moins quelques monstres !

-Il suffit, obéis moi, cela suffira !>>

Aussitôt Morzan ouvrit les yeux et se redressa. Il frotta ses yeux, bailla, et s'étira. Puis il se mit debout et examina la plaine. Tout était lumineux ! C'était un joli spectacle, mais ça faisait mal aux yeux. Il sortit son épée, seul arme qu'il possédait, puis alla à la rencontre de l'ennemi. Il tua une bonne dizaine de lucioles, torches, etc.

Puis il rencontra un barga incandescent. Celui ci, en voyant Morzan, partit d'un gros rire. Le disciple Neucrasty s'énerva et donna un coup sur le barga. Ce dernier s'écroula et mourut.

<> dit Morzan, fier de lui.

Puis il s'avança vers un soldate de feu. Il engagea le combat. Ce fut une lutte indécise, mais Morzan finit par mourir. Il se réincarna, avec 319 tours, 23 PV, il réengagea le combat mais sans toucher le soldate, se fit One Shot à son tour. Déçu, le demi-Elfe maléfique passa le reste de la journée, fatigué.

Message 3

-Ca y est, les champignons m'ont fait tourner la tête. Je savais bien que j'avais passé trop de temps dans cette grotte !

C'est bien la première chose qui me soit venue à l'esprit lorsqu'en début d'après midi je me levais à proximité du campement dressé il y a maintenant quelques temps aux abords de la fameuse grotte aux champignons. Il faut dire que toute cette lumière ne me semblait pas très naturelle.

-Ahhhhh

Nom de Neucrasty, champignons ou pas il va me falloir combattre : un compagnon de camp vient de se retrouver écrasé sous gourdin abattu sans vergogne par un orc tout ce qu'il y a de plus belliqueux. J'attrape sans perdre un instant mes deux épées bâtardes et me jette sur l'orc avant qu'il ait eu le temps de s'emparer de l'équipement de mon infortuné compagnon. Finalement, les champignons n'ont pas dû tellement me brouiller l'esprit : je parviens assez facilement à remporter mon combat.

Maintenant que l'orc est mort, deux choses me frappent. Tout d'abord, cet orc était habillé majoritairement de rouge, avec quelques pièces de noir sur sa tunique, chose très inhabituelle chez les orcs qui préfèrent habituellement les vêtements simples et peu colorés. Ensuite, les cris venant du campement et les lumières toujours aussi vives provenant de cette destination.

Ni une ni deux, je m'empare de mes épées et fonce vers le campement. Et je m'arrête pile, saisit de stupeur : la plupart des guerriers qui n'ont pas été tués sont debout à combattre...des flammes ! En effet, ce n'est qu'ainsi que je peux décrire les flammes vivantes qui semblent attaquer tout le campement. Et les pauvres guerriers semblent avoir bien du mal à lutter : les armes semblent plus ou moins efficace contre ces monstres.

-Mettez de l'eau sur vos lames !

Je ne sais pas qui a poussé ce cri, mais je crois que sans lui beaucoup de choses auraient été différentes : en effet, à partir du moment où nous imprégnâmes nos lames avec l'eau de nos gourdes, ces étincelles de flammes semblèrent résister beaucoup moins bien à nos épées. Nous réussîmes finalement à les mettre en déroute et à sécuriser le campement.

Bizarrement, il n'y eut pas tellement de morts, les premiers à avoir été tués ayant réveillé les autres de leurs cris. En revanche, les blessés, et notamment les brûlés se comptaient par dizaines. Ne me sentant pas l'âme d'un médecin, je m'aventurais dans la campagne environnante, et devant le spectacle qui s'offrit à moi, je décidais de faire route le plus rapidement possible vers la capitale Neucrasty, pris d'une profonde inquiétude : en effet, à perte de vue, le monde semblait brûler d'un feu sauvage.

Et le fait que les adeptes de Dhatala ne semblaient pas plus comprendre que nous ce qui se passait ne me rassurait pas tellement. Seul point positif au tableau : ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un peu de distraction !

Message 4

Alors que les aventuriers exterminaient les derniers feux follets de la carte, les incendies étaient en train de s'éteindre. La réactivité des guerriers avaient permis de sauver la plupart des bâtiments, mais il faudrait reconstruire un peu.

Les pertes humaines étaient cependant mineures, malgré la puissance de certains adversaires.

Le calme se réinstalla sur les plaines et dans les montagnes et malgré la fatigue des hommes, les travaux de reconstruction débutaient.

De leur côté, les sages des différentes religions diffusaient des messages pour calmer les populations. Entre eux, le discours était différent : ils étaient inquiets. Ils ne savaient pas d'où venaient ces monstres, et leurs buts exacts. Ces monstres attaquaient toutes les villes, sans distinction. D'ailler, il y avait plusieurs descriptions de ces monstres. Des rumeurs avaient certifiées que les feux follets étaient accompagnés par des créatures plus grandes et plus massives. S'agissait-il uniquement de quelques orcs dont on a retrouvé des dépouilles calcinées ? Les conjectures allaient bon train et des délégations se rendaient sur les lieux où les conflits avaient été les plus meurtriers. Il découvrir quelques cadavres d'orc, mais plus imposant que la majorité des orcs de l'ile. Il y avait de perturbant tas de cendre dans lesquelles on pouvait imaginer un homme, mais la pluie et le vent avait déjà fait disparaitre les détails. D'après le récit de certains aventuriers, ces créatures étaient redoutables, et il serait trop dangereux d'en capturer.

Les investigations avaient peu avancées lorsque dans plusieurs villes, le tocsin résonna. Une deuxième invasion avait été repérée et celle ci avait l'air plus puissant que la première.

Au début des conflits, certains investigateurs en profitèrent pour infiltrer les rangs adverses dans l'intention de trouver des informations sur la raison des invasions et aussi sur leur point d'origine.

Ces enquêteurs risquaient de ne pas revenir avant un certain temps, pour avoir le plus d'information possible, voir pas du tout étant donné la cruauté des monstres.

Message 5

Beegee continuait à prêcher la bonne parole de villes en villes afin que toujours plus d'adeptes de Vordoloof se réunissent sur l'île. Alors que ses discours rassemblaient toujours quelques dizaines de personnes, un matin pas un seul habitant de Ghastine ne vint l'écouter. Il n'eut pas de mal à savoir qu'une invasion de feux follets avait commencé.

S'équipant d'une veste en cuir et de son arc, Beegee sortit aux alentours de la ville. EN d'autres circonstances, il eut trouvé ça beau mais son premier réflexe fut de bander son arc et de décocher ses flèches sur les feux follets stationnés près des remparts. Dans un premier temps, il prit soin d'éviter ces orcs habillés de noir et rouge mais il se fit vite repérer. Beegee n'a jamais été très fort à la course et, avant d'atteindre les portes de la ville, une épée courte lui avait raccourci son bras droit de quelques dizaines de centimètres. Beegee s'écroula de douleur et les orcs finirent leur travail.

"C'est trop tôt pour toi de quiter ce monde"

Beegee avait cette phrase qui lui résonnait dans le crâne quand il se réveilla à des lieues de ses précédents combats. Son apparence avait changée, il était plus trapu, beaucoup plus fort et, il s'en aperçut dès son premier passage devant un miroir, fort laid. Il était à Yodole, également assaillie par les feux follets. Cette fois, il fonça dans le tas avec son glaive et les orcs n'offrèrent guère plus de résistance que les feux follets.

Il traversa l'île vers le nord, laissant des cadavres d'assaillants sur son chemin. Retrouver les orcs qui avaient écourté sa précédente existance ne fut pas très difficile : ils ronflaient non loin de leur repas. A la vue des restes de son précédent corps, Beegee laissa échapper une exclamation qui réveilla les deux orcs. Le temps de sauter sur le premier, le second avait pris la fuite en direction d'un campement proche. Beegee le rattrapa et l'occit avant qu'il n'arrive à destination. Dans un dernier souffle, l'orc lui dit : "La soldate de feu me vengeraarrggghhhh".

En effet, en se retournant, Beegee vit approcher vers lui une créature enflammée, d'apparence plutôt féminine autant qu'il put en juger mais également fort bien armée. Beegee se lança aussitôt vers elle et remporta le combat non sans mal. Dans un dernier souffle, la soldate lui dit : "Le seigneur de feu me vengerarrgghhh". Beegee récupéra deux forts jolis bracelets en or, deux épées longues et se dirigea vers le campement.

Une fois éliminés les quelques gardes, Beegee rentra dans le campement. A peine avait posé un pied à l'intérieur qu'un rugissement à vous glacer le sang se fit entendre et un être démoniaque apparut de derrière une tente. Il était énorme, enflammé comme la soldate mais en beaucoup plus impressionnant et portait un médaillon doré autour du cou. Un nouveau combat eut lieu mais Beegee accusa le coup de ses blessures précédentes et le seigneur de feu prit le dessus. Dans un dernier souffle, Beegee lui dit : "Je me vengerai he hehearrrgghhh".

Message 6

Gurney_admin entendit les prières d'un fidèle Vordoloof, et décida d'aider ce fidèle.

Il alla voir Vordoloof lui même et lui demanda de répondre favorablement.

Vordoloof se concentra, et envoya une réponse à Beegee : "Merci de ta fidélité, tu vas être récompensé. Sors du temple, et passe devant une armurerie, puis sors de la ville par la porte nord".

Gurney_admin regarda Beegee sortir de sa transe, prendre ses affaires, et sortir de son lieu religieux. L'armurerie se trouvait non loin de la, et le marchand se trouvait sur le pas de la porte, un gambison à la main. Lorsque Beegee s'approcha, l'armurier lui tendit l'armure et lui dis "Voici une armure de la part de Vordoloof, fidèle Beegee".

Beegee mis l'armure, et ses pas le portèrent à la port nord.

Il ne vit rien de particulier l'attendre de l'autre coté de la porte, et se demanda se qu'avait prévu son Dieu.

Il passa la porte ------ et le décor changea. Il se retrouva proche de son corps précédent, et du seigneur de feu.

Message 7

Je revins finalement plus rapidement que prévu à la capitale. Beaucoup plus rapidement. Et cela m'inquiétait d'autant plus que je n'avais pas rencontré tellement d'ennemis en route, alors que je savais maintenant par les nombreuses personnes rencontrées en cours de route que de mystérieuses armées d'un ennemi inconnu avait envahi tout le pays. J'appris de plus de la bouche de nombreux réfugiés Dhatalas que les membres de leur religion étaient persécutés à de nombreux endroits sur l'île : en effet, il était facile d'associer ces ennemis enflammés à ceux qui avaient fait du feu leur emblème...

J'arrivais enfin à Crotonde, la fière capitale Neucrasty...pour la trouver plus ou moins en état de siège. Plus ou moins, parce que les armées aux alentours de la ville semblaient plus en état de déroute qu'autre chose. Je laissais donc faire les valeureux guerriers et partais directement à la recherche d'un grand prêtre, qui m'apprit que la ville n'avais pas trop soufferte. En revanche, il m'apprit qu'un bracelet d'or d'une grande valeur avait été dérobé au cours d'une bataille particulièrement violente, et qu'un seigneur de guerre ennemi aurait été vu avec quelque part au nord ouest.

J'enrôlais aussitôt quelques guerriers et partis avec eux à la recherche de ce seigneur. Nous tombâmes rapidement dans une embuscade au haut d'une haute falaise surplombant la mer. Les orcs rouges qui surgirent sous nos yeux n'avaient rien d'amicaux, et si je m'en sorti quasiment indemne, je ne pus pas en dire autant de mes compagnons : deux furent tués dans la bataille, et le troisième chuta du haut de la falaise dans la mer, ce qui ne me laissa pas beaucoup d'espoir pour lui.

C'est donc seul que j'arrivais au campement du seigneur de guerre. Je ne pourrais pas le décrire facilement ici, mais il semblait terrifiant, autant de par sa taille que par le feu brûlant qui semblait émaner de lui. Il n'aurait pas été en transe, peut être ne l'aurais-je pas approché. Je saisis son épée longue déposée à proximité et lui plongeais la lame dans le corps. Il ouvrit les yeux, mais ne semblait pas du tout surpris. A vrai dire, vu son sourire, je devins rapidement inquiet...jusqu'à ce que je sente mon énergie s'enfuir petit à petit de mon corps. Je lachais l'épée aussi rapidement que je pus, mais il était trop tard : j'étais épuisé, et au bord de l'évanouissement. Heureusement, une flèche fusa par dessus ma tête et se planta dans celle du seigneur de feu qui s'écroula sous l'impact. Me retournant, j'aperçus mon compagnon tombé à la mer quelques heures plus tôt.

Il m'apprit qu'il avait survécu à la chute, et qu'il avait nagé jusqu'à une plage un peu plus loin. Là, il avait trouvé à proximité une maison de pêcheurs qui avait été détruite, ainsi que les corps de ses occupants. Il y avait récupéré un arc et des flèches.

"-Tiens, récupère cette épée.", dit il en me tendant l'épée longue de l'orc. "Tant que son propriétaire n'est pas mort, personne ne peut s'en emparer sans risquer de sentir sa vie lui échapper, mais maintenant tu ne crains plus rien. Lorsque nous avons été attaqué, plusieurs de nos compagnons se sont fait avoir. Je pensais que le grand prêtre t'avait prévenu..."

Jurant contre l'oubli du prêtre, je récupérais l'épée longue non sans quelque appréhension. Voyant que rien ne se passait, je fouillais les vêtements du cadavre, et récupérait le bracelet en or ainsi que le magnifique casque ouvragé qu'il portait quelques instants plus tôt.

Nous revînmes tranquillement jusqu'à Crotonde, où je me dépêchais d'aller voir le prêtre avec qui j'avais parlé la veille. Cependant, lorsque je voulus lui remettre le bracelet, je fus incapable de l'enlever de mon bras. Il me lança un regard bizarre, puis souriant me dit :

"-Ne t'acharne pas, je ne crois pas que tu arriveras à l'enlever. Garde le précieusement. De toute façon, je ne pense pas que tu ais le choix".

N'arrivant toujours pas à l'enlever, et quelque peu dérouté, je décidais de laisser ce bracelet à mon bras pour l'instant et parti aider à finir de "nettoyer" les environs de la ville...

Message 8

Kéké avait laissé de côté sa toge, pour enfiler son armure bénite. Il lui avait fallut l'aide de trois moines pour arriver à agencer toutes les pièces de l'armure. Quelques coups de marteau avait même été nécessaire afin de laisser un peu d'espace pour ne pas gêner la respiration, les périodes de fêtes du début d'année ayant eu lieu dernièrement.

A l'extérieur de la citadelle, des êtres enflammés se ruaient contre les murailles. Insensible aux flèches, ils arrivaient fatidiquement au pied des murs et s'attaquaient aux fondations en bois. Au loin, des guerriers enflammés eux aussi surveillaient les manœuvres et se réjouissait du carnage à venir.

La citadelle n'aurait normalement rien eu à craindre de ces attaques, cependant la coordination entre les feux follets pourrait faire toute la différence.

Il fallait donc éradiquer le stratège et c'est vers cet objectif que kéké se rendait. Il se leva, lourdement armé. Sa technique était simple : tenter une attaque frontale en direction des chefs ennemis. Ces derniers, un peu trop sûr d'eux n'étaient pas tellement retranchés. Un groupe de cavalier suffisamment disciplinés pourraient s'y rendre et se battre à arme égale.

Il fallait néanmoins passer le flot de feux follets et des boules de feux volantes sans être trop ralenti, ni subir trop de pertes. Kéké pensait à différent moyen le temps de se rendre dans la cour centrale du temple, là où l'attendait une maigre poignée de soldats et quelques moines chevauchant des bêtes domestiquées.

'Mes amis, encore une fois, je vous sollicite pour une mission périlleuse. Il s'agit de franchir les lignes ennemies et de massacrer les lieutenants de ce siège. Vous avez été volontaire et je vous remercie de votre courage et votre dévouement. Neucrasty veille sur nous. Vous ne devriez pas avoir à craindre la mort, cependant il faut que vous sachiez que les monstres que nous allons combattre ont une volonté à faire souffrir leurs ennemis... et cela, même Neucrasty ne peut rien y faire."

Un léger silence se fit, entrecoupé par quelques alarmes au feu provenant des points de la citadelle qui avaient été affaiblis à la première invasion.

"En route" repris kéké, qui abaissa sa visière, masquant ainsi intégralement son visage.

La petite troupe se mit en place devant l'entrée nord-Est. Ce point avait été choisi car le plus proche du cœur de la ligne ennemi. Les bêtes ne seraient pas trop fatigués et pourrait alors affronter une charge.

La herse se leva sous la cavalcade des chevaliers de la mort, puis se referma pour éviter de laisser passer trop de feux follets.

Kéké en tête acheva d'un coup de glaive le premier feu follet.

La lance d'un gardien vint se ficher dans le cœur d'une boule de feu volante. Un moine se fit attaquer par l'arrière et eut la nuque brulée. Cela ne lui empêcha pas d'avancer vers la garde rapprochée des chefs ennemis.

Le combat fit rage. les bêtes piétinèrent les premiers gardes, heureusement les plus massifs. Mettant pied à terre, les soldats commencèrent à avancer dans le campement. Les moines, de leurs lances parvenaient à déstabiliser les adversaires. La coordination que l'on avait vu au moment du siège n'était visiblement pas inné chez ces ennemis enflammés, et toujours aucune perte ne fut dénombrés au moment de la rencontre avec le démon de feu.

Rugissant de milles feu, 2 soldats de feu d'aspect humanoïde protégeait une gigantesque masse carbonisées. Les armes de jet n'ayant aucun effet sur ces monstres il fallait les submerger au corps à corps.

Le groupe qui jusqu'à présent formait une marche défensive, opta pour une organisation offensive. Les soldats se mirent en ligne, 2 moines protégeaient les flancs. Les autres moines se mirent en V derrière Kéké. Les démons n'attendirent pas la fin de la restructuration pour attaquer. Les coups furent parés par les boucliers des soldats et même un démon fut touché par une lance, cependant le chef des démons lança une boule de feu de sa gueule qui atteints de plein fouet un moine, qui se trouva hors combat. Le combat fit rage, brulant et claquant, hurlant et clamant. Les troupes de feux follets étant intimidés ne se mêlèrent pas à la foule des combattant.

Dans l'arène provisoire déjà, il ne restait plus que 2 combattants :

Kéké qui ayant perdu sa dague en métal doré et une partie de son armure faisait pâle figure. De l'autre le géant de feu, qu'un coup hasardeux avait du affaiblir en touchant une zone vitale.

Le poing de l'homme de feu s'élança sur kéké, dont l'armure trop lourde ralentissait les mouvements. Le coup porta légèrement kéké qui du porter sa main sur le flanc pour atténuer la douleur. Alors le géant souleva de toute ses forces son épées à deux mains enflammées pour la rabattre sur kéké afin de le fendre en deux. Le Géant ayant par se mouvement soulevé la tête laissa apparaitre un morceau de lance en partie carbonisé au niveau du cou. Kéké, tétanisé par ce qu'il venait de voir, aurait pu éviter le coup qui le trancha sur place.

Ce qui arriva tout de suite après, kéké ne l'appris que par la sentinelle au poste de gué.

Le géant hurla sa joie d'avoir éradiqué un chevalier Neucrasty. Cela galvanisa les troupes qui redoublèrent d'intensité contre le siège de la capitale.

Alors que le cri s'estompa, Kéké se réveilla de sa torpeur. Son armure, sa belle armure avait été coupée en deux comme une vulgaire buche. Son corps avait subit de grave séquelle, mais au moins il était en vie.

Il fouilla dans sa poche à la recherche de la poudre qu'il avait prise avec lui. Il l'avait caché dans le revers d'une de ses bottes, caché par 3 épaisseurs de laines humide et 2 épaisseurs de tissu finement tissé.

Alors que le démon lui tournait le dos, il se releva, pris le paquet de poudre et commença à le faire tournoyer.

"heu hum ... " dit Kéké.

"Quo vadis ? " répondit le démon en se tournant.

Kéké visa juste. La bombe fila à même le gosier du géant, qui sous l'effet de la chaleur et des braises s'enflamma. La seconde d'après, une fulgurante explosion vint à faire résonner les murs de la citadelle à plusieurs kilomètres de là.

Les feux follets n'eurent plus alors de chef pour les commander. La peur les pris. Le siège était maintenant déjoué.

"C'est bon Messieurs, le danger est écarté." dit simplement kéké, et déjà les membres de son escouade se levèrent. "Merci pour votre collaboration. Nous nous reposerons ici quelques heures puis nous rentrerons dans la citadelle."

Message 9

Lorsque que le dernier incendie fut éteints, les sages retournèrent se reposer. Il y avait eu beaucoup plus de dégât cette fois, mais surtout plusieurs centaines de victimes, dont certaines au plein cœur des villes.

Cette situation ne pouvait plus durer. Les habitants commençaient à se demander ce que faisaient les Dieux. Certes certains étaient ennemis, mais d'autres étaient alliés, et un signe aurait put être envoyé aux sages pour expliquer le problème. De plus, beaucoup d'espions avaient été envoyés, et certains auraient du revenir..

Un soir vers dans l'est de l'ile, dans la ville de Goreille, les gardes regardaient les démons et démones de feu se baladaient dans la forêt du haut des remparts.

Soudain, on frappa à la porte d'entrée. Un orc à moitié nu, couvert de cicatrice et de brulures frappait.

Les gardes furent surpris de sa présence, ne l'ayant pas vu arriver. Ils furent encore plus surpris lorsqu'il demanda à voir de toute urgence des sages des messagers du vent, et de leur dire que Plop étaient revenu.

Les gardes furent très surpris d'entendre ce nom, source de beaucoup de rumeurs. Ils dépêchèrent un garde au temple pour réveiller les sages, et ramener une escorte à la porte.

Le dénommé Plop fut donc escorté sous bonne garde auprès des sages. Les sages en le voyant, le reconnurent, et ils renvoyèrent les gardes. En effet, les sages avaient envoyé Plop pour espionner les démons.

Plop raconta alors son histoire :

"J'ai réussi il y a quelques jours à tuer un orc rouge qui avait une tenue à ma taille. Une fois sa tenue échangée avec la mienne, j'ai rejoint un groupe d'orc rouge et de feu follet. En discutant avec eux, j'appris que les démons et autres monstres venaient d'une région proche, un peu à l'ouest de Goreille. Je les ai suivis alors qu'ils rentraient festoyer 'au chaud'. J'étais avec eux lorsqu'ils entrèrent dans un trou calciné, puis qu'ils suivirent un chemin compliqué avant de redescendre plus bas encore. Un grand lac s'écoulait à se niveau, infranchissable. Mais il existe un chemin qui fait le tour du lac. La pente était très raide à certains endroits, et j'ai bien failli glisser plusieurs fois. Une autre ouverture d'où sortaient beaucoup de chaleurs se trouvait en bas de cette pente.

Une fois entré dans ce niveau, je n'avais plus de doute sur l'origine des monstres. Le sol était rouge, liquide à certains endroits, et plusieurs démons étaient proches de l'entrée.

Un étroit chemin, traversant des rivières de lave m'amena enfin à une immense caverne.

Au centre, il y a une espèce de porte, mais en feu. Elle est gigantesque et sur un autel. Ses bords ne sont pas constants car ils sont fait de flammes pures. Je distinguais une silhouette au milieu de la porte, mais je ne préférais pas trop m'attarder à la détailler, de peur de devenir fou."

"Quels étaient les êtres assez fous pour avoir ouvert cette brèche vers l'au-delà maléfique ? Je distinguais des corps calcinés autour de la porte, et pensais avec amertume que les responsables avaient déjà été châtiés."

"Lors du festin je regardais autour de moi, pour estimer la force des ennemis. Je vis un démon de feu qui n'en laissait pas passer un autre se faire massacrer par le second en quelques instant. Les monstres à l'extérieur n'étaient pas les plus puissants : il y en avait ici d'encore plus puissant !

Mais ces démons ne sortaient pas. Il y a surement une raison à cela.

La chaleur était étouffante, et je décidai que j'avais suffisamment d'information. Je vis quand même arriver un groupe de démone, puis un autre de feu follet.

En allant vers la sortie, je reçu des éclats de roche brulantes qui tombaient du plafond. Il y avait des passages remplis de barga et de démone sur le chemin. Je ne pense pas que quelqu'un, surtout seul, puisse s'introduire sans déclencher l'attaque de ces monstres."

"Je fus soulagé en arrivant au niveau du lac, car même si l'odeur de soufre persiste, il y fait beaucoup plus frais.

Je décidais de regardais d'un peu plus près une muraille au fond d'un couloir. Ce mur était couvert de mousse, et de l'eau suintait légèrement. Le lac ne devait pas être loin."

"En approchant de la ville, je jetais la tenue d'orc rouge, car je ne voulais pas me faire tuer par un garde. Je me glissais discrètement près de la porte, et je demandais à vous voir."

"Voila, vous en savez autant que moi."

Les sages discutèrent quelques minutes, et envoyèrent des missives dans toutes les villes. La source de l'invasion était un trou calciné un peu à l'ouest de Goreille, et au nord d'une ville bête : Krisf.

Une réunion était prévu pour trouver une solution pour fermer la porte de feu.

Message 10

Un nouveau jour vient de se lever sur la terre de Magdales.

Les monstres du feu sont encore bien présents sur les terres, malgré de

nombreuses victoires acquises par les membres de chaque religions.

Peu à peu, le calme revient sur Magdales;

Hors, ce matin-là, une découverte a été faite par quelques promeneurs.

A la place d'un endroit boisé et gai, apparait maintenant un trou calciné.

évidemment, nos promeneurs qui sont aussi des soldats sont entrés dans ce

trou.

Quelle ne fut pas leur surprise de trouver une concentration de bêtes qui,

très certainement, préparent une offensive de grande importance sur notre

territoire.

De plus, ces bêtes ne sont pas à la portée de la population et, seuls les

soldats expérimentés peuvent espérer venir à bout de ces monstres.

Il faut maintenant que nos promeneurs Lamenace et Khriss aillent prévenir

les autres du danger que représente ces nouveaux envahisseurs ...

Message 11

Tuthur qui était devant la demeure des vampires décida d'y entrer, pour voir si les vampires avaient été libérés. Au bout d'une demi-heure, il trouva plein de vampires derrière un mur de terre, et surtout, trois mineurs dont : Un orc, un troll, et un nain. Par précaution, il brandit sa masse d'arme, et s'approcha des trois individus. Dès qu'il fût à deux mètres d'eux, il s'aperçut qu'il creusait le mur de terre. Alors, il remit sa masse d'arme dans son sac à dos. Il se dit : (Bon ben, je vais les laisser travailler ces gens-là.) Il reparti, et décida d'aller faire un tour à la grotte aux champignons. Il ne trouva que deux kobols...

Il alla dans la mine, fit 10 km, et se rendit compte que aucun signe de vie n'y était. (Notiluss à dût passer par-là) Se dit-il.

Déçu, il ressortit complètement de la cave, et vit un Barga incandescent par très loin. Il fonça vers lui, et le tua d'un coup de masse sur le crâne. Il en tua deux ou trois comme ça, si bien qu'il fût arriver près de Yodole. Il regarda autour de lui, quand son regard s'arrêta sur quelque chose: Il y avait de la végétation partout, sauf à un endroit en forme de rond où la végétation était calcinée. Curieux, il s'approcha, et trouva un trou. Une forte odeur de souffre s'en dégageait. (Tiens tiens, c'est quoi ce machin... On dirait une mine fraichement creusée.) Tuthur n'était pas un Kremianef, mais il savait reconnaitre quand même une mine! Il se glissa à l'intérieur, et déguêna son épée dans la main gauche, et sa masse d'arme dans la main droite. Il regarda autour de lui, et trouva au sud-est à 1 km, une dizaine d'Orc. (Bon... On dirait un nouveau donjon! Ça s'trouve, c'est de là que viennent tous ces orcs, feux follets et démons qu'on voit partout!) Il regarda encore, et vit une dizaine de démons et démones de feu. Il préféra s''attaqué aux Orcs. Il se rua donc sur la masse d'Orcs, et les tua presque tous. (Bon, assez pour aujourd'hui...) se Dit-il en se tordant de douleur. Écorcher de partout, mais encore en vit, il décida de ne pas dormir dans le donjon... Non, trop risqué! Il sortit, se cacha dans la végétation de la plaine, sortit deux ou trois coussins pour dormir et penser ses blessures. Son armure de cuir, qu'il avait eu tant de mal à trouver, avait été brouaillée.

Message 12

Depuis une semaine, Beegee n'avait presque pas dormi. Une fois les assaillants repoussés autour de Phasifas, Yodole et Goreille, les villes Vordoloof, il allait aider les villes Dhatala et Crosmos à faire de même. Mais toujours les feux follets revenaient, accompagnés de bargas, de soldates de feu, voire même de terribles seigneurs de feu.

Un soir, Beegee venait de diriger les gardes de la ville de Goreille dans une attaque qui permis de repousser les démons dans la forêt. Mieux organisés et ayant compris les faiblesses de leurs adversaires, les gardes n'eurent presque aucune perte à déplorer mais tous commençaient à ressentir les effets combinés de la fatigue et des brûlures. Le moral n'était pas bien haut. Alors qu'il prenait un repas assez maigre (les vivres commençaient à se raréfier) à l'auberge, un messager Vordoloof entra et se dirigea directement vers Beegee.

"Beegee, les sages vous demandent de toute urgence. Venez avec moi !"

"Quoi ? Une nouvelle attaque ? Déjà ?"

"Non, je ne peux pas vous en dire plus mais c'est encore plus important"

Inquiet mais curieux, Beegee suivit le messager jusqu'au temple. Les sages l'accueillirent tout de suite et lui racontèrent l'histoire de Plop.

"Nous avons prévenu toutes les villes de l'île, il faut agir au plus vite pour éviter que ces démons ne sortent"

"Mais comment voulez-vous que je puisse faire quoi que ce soit ? Je ne suis déjà pas de tailler en un contre un face à la plupart des démons et vous voudriez que j'aille affronter des monstres encore plus puissants ?"

"Nous avons récupéré la tenue utilisée pas Plop, infiltre toi comme il a fait . Il faut absolument que tu trouves un moyen de refermer ce portail".

Beegee enfila donc la tenue de Plop et profita de la nuit pour rejoindre discrètement la forêt proche et se joindre aux feux follets qui s'éloignaient. Après quelques heures de marche vers l'ouest, ils arrivèrent effectivement dans une zone où tout avait l'air brulé et ils descendirent par trou dans le sol. Ils passèrent dans un véritable labyrinthe de galeries et Beegee profita d'une intersection pour s'éclipser sans se faire remarquer.

Il s'aperçut assez vite de sa bêtise puisqu'il était maintenant totalement perdu dans ce réseau souterrain. Parcourant les galeries au hasard, il croisa plusieurs fois des groupes de démons mais pu se cacher à chaque fois sans se faire remarquer. C'est tout du moins ce qu'il pensait. A peine le dernier groupe disparu derrière des rochers il sortit de sa cachette. Mais ce fut pour se retrouver nez à nez avec une soldate de feu.

"Dis donc ! Tu as perdu quelque chose ? Qu'est-ce que tu fais par ici ? T'es de quel groupe d'abord ?"

Devant son hésitation à répondre, elle s'aperçut immédiatement qu'elle était face à un intrus et empoigna sa masse d'arme avant de se jeter sur Beegee en hurlant. Beegee pu éviter le coup mais, empêtré dans une tenue qui n'était pas faite pour lui, il reçu le suivant de plein fouet et alla s'écraser lamentablement sur la paroi de la galerie. Secouant la tête pour retrouver ses esprits, Beegee se prépara au nouvel assaut. Il empoigna sa gourde d'eau et la lança en direction de soldate. Emportée par son élan, elle ne put l'éviter et poussa un rugissement de douleur. Beegee profita de ce moment de répit pour la transpercer de son épée longue. Le combat tourna rapidement en faveur de Beegee. S'éloignant rapidement du corps inerte de la soldate, Beegee pris encore quelque galeries au hasard avant d'entrer dans un caverne un peu plus vaste et heureusement déserte. Une ouverture à l'autre extrémité de la caverne s'enfonçait encore plus profondément dans le sol.

Une fois descendu, Beegee reconnut le lac dont avait parlé Plop, le chemin glissant et finalement le passage dégageant beaucoup de chaleur. Prenant son courage à deux mains, il refit le même trajet que Plop jusqu'à l'entrée de la caverne hébergeant la porte enflammée. Un sentiment de peur l'assaillit et il ressentit un besoin urgent de faire demi-tour. Beegee ressortit donc près du lac et décida de se trouver un coin plus tranquille pour se reposer un peu et réfléchir. Il emprunta un chemin s'éloignant de la galerie principale qui faisait le tour du lac. Après quelques dizaines de mètres, cette galerie se terminait en cul-de-sac et il y reconnu la muraille humide et suintante dont parlais Plop. Pas de doute, le lac devait se trouver tout près. C'est alors qu'une idée germa dans son esprit. Puisque les démons semblent craindre l'eau, que se passerait-il si la porte diabolique se retrouvait noyée ?

Ca valait le coup d'essayer. Beegee empoigna donc son épée et commença à s'attaquer à la paroi en essayant de desceller les pierres tout en priant pour que la lac ne soit pas trop loin...

Message 13

En se promenant une fois de plus dans le donjon au dessus de la porte de feu, Plop entendit du bruit vers le lac. Il s'approcha discrètement, et après un détour, découvrit quelqu'un en train de frapper sur la paroi à coups d'épée. La personne fit une pause, et se retourna en partie. Plop, bien caché, ne fut pas aperçu, mais il put voir le visage de la personne tailladant la mousse et la roche. Il décida de sortir de l'ombre.

"Hola, sieur Beegee, à quoi jouez vous donc si proche de la porte de feu, et faisant tant de bruit ? Voulez-vous donc mourir ?"

Beegee, surpris, vit apparaitre quelqu'un dans le couloir, alors qu'il n'avait rien vu quelques secondes plus tôt.

"Ah ! Qui se déplace aussi silencieusement ? Est-ce vous Plop ? Comment connaissez vous mon nom ?"

"Oui, le seul et l'unique Plop. Je vous ai déjà vu en ville, et je sais me montrer discret là aussi."

"Effectivement. Bon, ce lac et ce mur friable m'ont donné une idée, ainsi que la forte pente entre ici et la porte de feu. Comme on ne peut pas approcher de la porte, à moins d'avoir un excellent déguisement, on ne peut pas l'étudier. Les tunnels peuvent être bouchés, mais d'autres peuvent les creuser... En revanche, si l'on éteint le feu, et que de l'eau reste sur place, il sera très difficile de rouvrir la porte."

"Bien raisonné, et comme ce mur est assez friable, on doit pouvoir le percer jusqu'au lac ! Excellente idée ! Je vais chercher un peu de matériel en ville pour être sûr de ne pas être dérangé ici, et pour le faire rapidement."

Le sage Beegee se décida à l'accompagner pour essayer d'en apprendre plus sur Plop. Une fois en ville, Plop alla dans certains magasins inconnus de Beegee. Il acheta deux pioches et deux pelles près d'une mine, puis alla voir un alchimiste, ou il acheta des tubes, et de la poudre noire.

"A quoi sert cette poudre ?", demanda Beegee, curieux.

"Les mineurs s'en servent parfois pour casser la roche. J'en prends peu car je ne veux pas une grosse explosion, mais suffisamment pour finir le travail".

Beegee comprit l'utilité de la poudre. Il avait pensé à casser le mur petit à petit, mais les monstres auraient eu le temps de remonter, et de le trouver. Alors qu'avec la poudre, ils pouvaient finir le travail d'un coup, sans les monstres sur le dos.

Ils revinrent tranquillement près du lac. En arrivant à proximité des galeries menant à la porte de feu, ils rencontrèrent un maitre démon.

"Que faites vous avec ces objets ici ? Je ne vous connais pas ! "

"On nous a demandé d'agrandir le passage plus bas, et effectivement, nous sommes arrivés il y a peu de temps" mentit Plop, sûr de lui.

Le démon fut apparemment satisfait de la réponse, car il laissa passer les deux sages. Une fois le démon hors de vue, ils tournèrent vers le lac. Plop mit en place certains objets, pour masquer le bruit, et ils se mirent au travail. Assez rapidement, ils virent l'eau couler de manière plus continue sur le sol. Pas assez pour attirer l'attention, mais un coup de pioche mal placé, et cela pouvait percer totalement le mur. Ils firent une pause, et Plop bloqua les tubes remplis de poudre dans les trous qu'ils avaient fait. Plop fit bien attention à ce que la mèche reste sèche, il récupéra ses objets, et demanda à Beegee de l'attendre dans le couloir plus loin. Les pelles et les pioches resteraient sur place, pour ne pas ralentir la fuite.

Plop alluma les mèches avec son briquet, et s'en alla rejoindre Beegee. La sortie vers l'air libre fut tranquille.

Une fois arrivés proche de l’entrée, ils entendirent l’écho d’une explosion plus loin, puis un bruit comme un torrent qui vient de casser un barrage. Ils se regardèrent en souriant. C’est à ce moment qu’un monstre arriva en courant et les vit sourire. Le maitre démon s’arrêta net, et dit :

"C’est vous ! Qu’avez-vous fait ?"

Beegee ne perdit pas de temps en discussion, dégaina son épée et se lança à l’attaque du monstre.

Le combat fut heureusement bref, et Beegee rengaina : un sifflement se faisait entendre maintenant.

Plop et Beegee sortirent rapidement, et eurent le temps de s’éloigner de la sortie.

Le sol tremblait légèrement lorsque les deux compagnons se mirent à l’abri derrière un arbre à moitié calciné.

Ils virent quelques monstres sortir, puis un jet d’eau chaude jaillit de la sortie. Il y avait maintenant un geyser dans ce coin de la forêt.

Fin de la quête. Gagnée par les joueurs.


Ainsi que le prévoyaient les oracles...
Fin de la première partie.
La résurection de Tram Zug Lhi
L'invasion des feux follets
Jeux-Web.comhttp://www.jeux-alternatifs.com/