Image haut de page de Magdales présentation information partie bonus et aide index
haut de feuille principale

Voici des extraits de textes sacrés :



La réponse à la question fondamentale du sens de la vie ne peut prendre qu'une forme religieuse.

André Malraux.


Il est fou celui qui regarde le doigt qui lui montre la lune.

Proverbe chinois.


La cloche, faite de tous les sons, est très chère au dieu des dieux. Faire retentir une cloche apporte autant de mérites que dix millions de sacrifices.

Skanda-Purana, II, 6.


L'éternel dit : "N'approche pas d'ici, enlève tes sandales de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens debout est une terre sainte. (...)<br> Moïse se voila la face, car il craignait de regarder vers l'éternel.

Exode, III, 2-6.


Il est l'indivisible, et Il est l'Un, mais semble Se diviser en formes et en créatures, et apparaît comme chacune des existences distinctes. Toutes choses éternellement naissent de Lui, sont maintenues en Son éternité, éternellement, reprises en Son unité.

Bhagavad-Gîtâ, XIII, 17.


Qui me voit voit le père.

Evangile de Jean, XIV, 9.


Voyant le Christ marcher sur l'eau, Pierre, son disciple, veut aller à sa rencontre, mais il a peur, Jésus lui tendit la main et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?

Evangile de Matthieu, XIV, 31.


Jésus lui (apôtre Thomas) dit : Parce que tu me vois, tu crois. Heureux ceux qui croient sans voir.

Evangile de Jean, XX, 29.


La prière est une conversation de l'intelligence avec Dieu (...) Celui qui aime Dieu converse sans cesse avec lui comme avec un Père (...)<br> C'est lorsque tu seras parvenu, dans ta prière, au-dessus de toute autre joie qu'enfin, en toute vérité, tu auras trouvé la prière.

Evagre le Pontique, chrétien du IVe s..


Célèbre la fète de ton dieu, recommence chaque fois que le temps en est venu. Dieu est en colère si on le néglige. (...) Les chants, les danses, l'encens sont sa nourriture et recevoir ceux qui se prosternent devant lui voilà sa richesse. Dieu magnifiera le nom de qui agit ainsi, et l'homme en sera comme ivre.

Enseignement égyptien, XVIe s. av J-C..


Toute fête religieuse (...) consiste dans la réactualisation d'un évènement sacré qui a eu lieu dans un passé mythique, au commencement.

Mircea Eliade.


Certain rites passseront de l'offrande d'objets à l'offrande du coeur :<br> Le sang des taurillons, des agneaux et des boucs, je n'en veux pas ! (...) Abstenez-vous de faire le mal, apprenez à faire le bien.

Isaïe, Prophète juif (VIIe s. av J-C).


Tu es béni, Dieu de l'univers, toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes. Nous te le présentons : il deviendra le pain de la vie.

Rituel de la messe Catholique.


Il vit les cieux se déchirer et l'Esprit, comme une colombe, descendre sur lui.

Evangile de Marc, 1, 9-11.


La vache est le Ciel, la Vache est la terre ; (...)<br> en elle réside l'ordre divin, et la Sainteté. (...) C'est tout ce que contemple le Soleil.

Atharva Veda.


Arbres, éternels efforts de la terre <br> pour parler au ciel qui l'écoute.

Rabindranath Tagore.


Il (Jacob) eut un songe : voilà qu'une échelle était plantée en terre et que son sommet atteignait le ciel. Des anges de Dieu y montaient et descendaient.

Genèse, XXVIII, 12.


Deux triangles renversés et imbriqués forment un symbole de la fertilité très répandu dans l'Antiquité. Il survit dans l'hindouisme et le judaïsme, dont il est un emblème sous le nom d'étoile de David.

Extrait du livre :<br> Les hommes de tous les temps partagent<br> Le Livre des Religions<br> Découverte cadet Gallimard.


Il y a les vivants, les morts et ceux qui s'en vont sur la mer

Hérodote.


Montagnes, gestes désespérés de la terre devant l'inaccessible.

Rabindranath Tagore.


Cependant, le peuple sacrifiait sur les hauts lieux, puisque, jusqu'à ces jours-là, on n'avait pas bâti de Maison pour le Nom de Iahvé.

La Bible, 1er Livre des Rois..


Alors Elohim s'éloigna du lieu même où il avait parlé avec lui. Jacob érigea une stèle, au lieu même où il avait parlé avec lui : une stèle de pierre. Sur elle il versa une libation.

Genèse, XXXV, 13-14.


Que celui qui désire faire son salut et être compté parmi les élus vénère toujours la sainte Loi en souvenir des préceptes du Bouddha.

Samyuttanikâya, 1, 4.


Faire obstacle aux lois, c'est ouvrir le passage à la violence.

Ptahhotep, Egyptien du IIIe millénaire.


Obéissez aux autorités en place. Car toute autorité vient de Dieu et celles qui existent sont constituées par Dieu.

Lettre de Paul aux Romains, XIII, 1.


La religion est l'expérience du mystère ; elle se réalise quand le sentiment s'ouvre aux impressions de la réalité éternelle qui apparaît à travers le voile du temporel.

Rudolph Otto.


Cet Etre caché par qui se manifeste toute création, c'est Lui qui je désire.

Roumi, mystique musulman du XIIIe s..


L'âme et Dieu y jouissent l'un de l'autre dans un immense silence. (...) C'est à cela que tendent les noces spirituelles : donner naissance à des oeuvres (actions), des oeuvres, toujours des oeuvres.

Thérèse d'Avila, mystique Chrétienne, XVIe s..


Que le yogin pratique continuellement l'union avec le moi. (...)<br> C'est l'union divine. (...)<br> Alors descend sur le yogin, suprême, sans tâche, sans passion, la béatitude de l'âme qui est devenue le brahman.

La Baghavad-Gîta, VI (texte sacré hindou).


Quand il s'en va vers l'océan à la recherche de la perle, il est lui-même perle, et même une perle unique.

Roumi, mystique musulman, XIIIe s..


O Virachocha, Segneur de l'Univers,<br> Faiseur de tous les hommes,<br> Maître de la beauté du monde<br> Qui a tout créé en disant :<br> "Que soit l'homme, que soit la femme<br> Et tous les fruits de la terre."<br> Miséricordieux Viracocha, grand sans mesure,<br> Qui fait merveille et des choses jamais vues,<br> Multiplie les gens. Pour toujours<br> Garde et tiens dans tes mains<br> Ceux à qui tu donnas la vie.<br> Qui es-tu ? Où es-tu ?<br> Mes yeux défaillent de l'envie de te voir,<br> Dans le monde d'en haut, dans le mnde d'en bas ?<br> Dans les nuages ? Dans les ombres ?<br> Je te cherche (...)<br> Toujours jene sois-tu !<br> Ecoute ma voix, je t'appelle,<br> Réponds-moi, choisis-moi, parle enfin !<br> Ne permets pas que je me lasse,<br> Que je meure !

Hymne au dieu inca Viracocha.


Le Ciel a créé la Terre ; la Terre a créé la Rivière ; la Rivière a créé le Ruisseau, et le Ruisseau a créé la Boue.

Mythe babylonien (Début du IIe millénaire.).


Si tu y mets du tien, tu auras la chance ; si tu ne fais aucun effort, tu seras malchanceux. Le destin est un chien qui nous fait courir à sa poursuite.

Proverbes sumériens (Début du IIe millénaire).


Révérer les dieux, c'est s'attirer leur faveur ; leur offrir des sacrifices, c'est prolonger sa vie ; et les prier, c'est écarter les châtiments qu'on a encourus d'eux.

Conseils d'un père à son fils (Fin du IIe millénaire).


O Shamash,
Juché sur les montagnes, tu surveilles la terre,
Du haut du Ciel, tu tiens à bout de bras tous les pays,
Tu prends soin de tous les peuples du monde.

Hymne au dieu du Soleil (Fin du IIe millénaire).


O Seigneur ! Souverain suprême ! Seul grand sur la terre et au ciel ! (...)<br> Dominateur des confins de la terre. Je veux exalter ta grandeur !<br> Ta divinité brille d'une gloire plus sublime que le ciel !<br> Plus vaste que la mer !

Extrait d'un texte mésopotamien.


Pourquoi courir ainsi, Ghilgamesh ? La vie sans fin que tu poursuis, tu ne l'atteindras jamais ! Quand les dieux ont créé les hommes, Ils leur ont assigné la mort, Gardant pour eux l'immortalité !

Epopée de Ghilgamesh.


Ainsi donc, remplis-toi la panse;
Sois en liesse jour et nuit;
Jour et nuit, fait la fête;
Mets-toi de beaux vêtements,
Lave-toi, baigne-toi;
Regarde avec tendresse ton petit qui te tient la main,
Et que ta femme, serrée contre toi, soit heureuse !
Car tel est le programme des hommes!

Epopée de Ghilgamesh.


Adoration à hâpy qui jaillit de la terre, qui vient nourrir la terre d'Egypte. (...) Qu'il fasse boire les sentiers du déser, pendant que sa rosée descend du ciel. (...) C'est lui Hâpy qui fait pousser les herbages pour les troupeaux. (...) Personne ne peut vivre sans lui.

Hymne à Hâpy, le Nil en crue (Nouvel Empire).


Sois généreux pour celui qui est dans ta maison, ne refuse pas ta main à l'inconnu qui vient à toi dans une misère mortelle. Recherche le silence, tu en posséderas le fruit.

Enseignement d'un sage egyptien vers 1320 av J-C..


Salut à toi, grand dieu, je n'ai pas commis d'iniquité envers tes hommes. Je n'ai pas appouvri un pauvre de ses biens. Je n'ai pas tué, ni ordonné de tuer. Je n'ai pas amoidri les offrandes alimentaires dans les temples. (...) Je n'ai pas retenu l'eau au moment de l'inondation. (...) Je suis pur.

Hymne à Osiris qui règne à l'Occident (entrée du monde souterrain des morts).


Que Zeus soit mon commencement, jamais, nous autres hommes ne devons taire son nom ; de Zeus sont pleines toutes les rues, toutes les places où s'assemblent les humains, pleine la mer ainsi que les ports...

Aratos, Phénomènes, V. 1-3.


C'est lui (Appollon) qui apporte aux hommes et aux femmes les remèdes aux douleurs, qui a donné la lyre et envoie la Muse à qui lui plaît : il met dans les coeurs la concorde et la paix et règne sur l'antre prophétiques.

Pindare, Pythique V, V. 85-92.


Quand passe le coffret sacré, femmes, que retentissent vos prières.

Callimaque,
Hymne à Déméter, V. I.


Pour le dieu de l'Orage, le début de l'année sera célébré (comme ) une fête "lourde", (celle) du ciel et de la terre. Tous les dieux se sont réunis et vont à la maison du dieu de l'Orage.

Rituel hittite..


Dans la main droite, elle (la statue) tenait une corne faite de divers métaux, que les prêtre initié aux rites avait coutume de remplir chaque année avec du vin nouveau afin d'appeler, sous l'empire de l'ivresse, les récoltes de l'année à venir.

Saxo Grammaticus (vers 1200).


J'en jure le dieu que jure ma tribu; à moins que le ciel ne s'écroule, que la mer ne déborde, que la terre ne s'ouvre sous nos pieds.

Serment de Princes ou de Héros Celte.


J'ai été errant dans l'air,<br> J'ai observé les étoiles,<br> J'ai été mot parmi les lettres,<br> J'ai été livre à l'origine,<br> J'ai été une lampe brillante<br> Pendant un an et demé,<br> J'ai été un pont jeté<br> Sur soixante estuaires.<br> J'ai été route, j'ai été aigle,<br> J'ai été coracle sur la mer,<br> J'ai été l'effervescence de la bière.<br>

Le combat des arbrisseaux. Texte Celte.


Un paysan qui labourait son champ vit surgir du sillon, un enfant à cheveux blancs, du nom de Tagès. Il se présenta comme un envoyé des dieux et lui enseigna l'haruspice.

D'après Cicéron..


De nos jours encore, ils (les Etrusques) inspirent une vive admiration à ceux qui sont les maîtres du monds (les romains) et qui se servent d'eux pour interpréter les signes célestes.

Diodore de Sicile, 1er s. av. J-C..


C'est par la piété, par la religion, oui par cette sagesse privilégiée qui nous a fait comprendre que tout est dirigé et gouverné par la puissances des dieux, que nous avons montré notre supériorité sur tous les peuples et sur toutes les nations.

Cidéron, De haruspicum responsis 9, 19.


Il est né le dieu du Maïs<br> Dans le jardin de pluie et de brume,<br> Là où l'on crée les enfants des hommes,<br> Là où l'on pêche des poissons de jade.

Chant aztèque.


Parmis (les) prêtres, on choisissait les meilleurs pour en faire les pontifes suprêmes, qu'on appelait Quequetzalcoa, ce qui veut dire successeurs de Quetzalcoatl.

Shagun, missionnaire espagnol, XVIe s..


Le "novice", littéralement le "petit prêtre", était consacré à Quetzalcoatl, dieu des prêtres par excellence. Si, après avoir atteint l'âge de vingt à vingt-deux ans, il décidait de ne pas se marier et d'entrer véritablement dans la carrière sacerdotale, il devenait tlamacazqui, "prêtre". (...) etre appelé tlamacazqui, c'est déjà un peu s'égaler à un dieu.

Jacques Soustelle.


Mon dieu, ton eau de pierre précieuse est descendue.<br> Le grand cyprès s'est couvert de plumes de quetzal,<br> Le serpent de feu est devenu serpent à plumes.<br> Nous voilà délivrés du serpent de feu.

Hymne au dieu Xipe Totec.


La terre, enroulée en spirale, touchait la lune.<br> Quand la mer eut laissé au sec un rocher,<br> La lune retira une dent de sa bouche et la posa sur la pierre.<br> La dent resta là de nombreux jours, pourrit et les vers<br> S'y mirent. Les vers qui tombaient sur la pierre<br> Se transformaient en lézards, ceux qui tombaient<br> dans l'eau se changeaient en anguilles<br> et les petits des lézards prirent un visage d'homme.

Mythe de la création de Nouvelle-Calédonie.


Et pourtant, il y a une chose<br> Qui est grande, une seule,<br> C'est dans la cabane, au bord du chemin,<br> De voir venir le grand jour,<br> Le jour naissant,<br> Et la lumière qui emplit le monde.

Chanson esquimau.


Rivière, je te demande la permission de prendre du poisson comme faisaient nos ancêtres avant moi.

Invocation au fleuve (chez les Lobis).


Un tel est venu me trouve, il dit qu'il a mangé (ou tué) notre n'tana. Toute plaie qui a pu lui arriver, c'est à cause du n'tana qu'il a mangé (ou tué). Que toute maladie dont il souffre guérisse.

Pour apaiser l'animal sacré (chez les Bambaras).


Je fais naître mon feu, le feu de qui ?<br> Le feu de Maoui, Maoui Tikitiki né de Taranga. (...)<br> Brulé par quoi ? Brulé par le feu.<br> Le feu de qui ? Le Feu de Mahuika.<br> Fait qu'il guérisse, afin qu'il puisse nous nourrir.

Invocation maorie.


Puissiez-vous, ancêtre, garder nos prairies et nos montagnes florissantes d'herbe et de gibier.

Alfonso Ortiz (Indien d'amérique).


Si tu n'acquiers pas un esprit pour t'aider, tu ne seras jamais considéré par tes autres compagnons.

Conseil d'un père indien à son fils.


Donne-moi le pouvoir de repousser les Esprits noirs
Donne-moi la puissance de mille vents
Pour balayer les Forces mauvaises.

Incantation de chamane des peuples arctiques.


Les hommes attendent des diverses religions la réponse aux énigmes cachées de la condition humaine qui, hier comme aujourd'hui, troublent profondément le coeur humain :<br> Qu'est que l'homme ? Quel est le sens et le but de la souffrance ? Quelle est la voie pour parvenir au vrai bonheur ? Qu'est-ce que la mort, le jugement et la rétribution après la mort ? Qu'est-ce enfin que le mystère dernier et ineffable qui entoure notre existence, d'où nous tirons notre origine et vers lequel nous tendons ?

Concile chrétien Vatican II.


Les doctines que je vous ai engagé à pénétrer, vous devez bien les préserver, bien les garder, afin que cette vie sainte puisse suivre son cours et puisse durer à travers tous les âges pour le bien et le bonheur des foules, pour la consolation du monde, pour la joie et le bien-être, le bonheur des esprits et de l'homme.

Bouddha Sakyamouni.


Va-t-en de ton pays, de ta patrie et de la maison de ton père vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation.

La Genèse, XII, 1.


Tu n'as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai et je multiplierai ta descendance.

La Genèse, XXII, 17.


Il eut un songe et voici qu'une échelle était dressée par terre, sa tête touchant aux cieux, et voici que des anges de Dieu montaient et descendaient sur elle. Et voici que l'Eternel se tenait debout près de lui. Il dit : "Je suis l'Eternel, dieu de ton père Abraham et dieu d'Isaac. la terre sur laquelle tu es couché, je te la donnerais, ainsi qu'à ta descendance. Je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras."

La Genèse, XXVIII, 11-15.


Or le mont sinaï était tout fumant, parce que sur lui était descendu l'Eternel dans le feu. (...) toute la montagne tremblait. (...) Moïse parlait et la voie divine lui répondait.

Exode, XIX, 18-19.


Moïse écrivit toutes les paroles de l'Eternel. (...) Puis il prit le livre de l'Alliance et le lut aux oreilles du peuple. Ils dirent : "Tout ce qu'a dit l'Eternel, nous le ferons et l'écouterons."

Exode, XXIV, 4 et 7.


Or l'Eternel marchait au-devant d'eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider sur la route et la nuit dans une colonne de feur pour les éclairer.

Exode, XIII, 21.


Tu n'auras pas d'autres dieux en face de moi. (...)<br> Tu ne te feras pas d'idoles. (...)<br> Tu ne prononceras pas en vain le nom de dieu. (...)<br> Souviens-toi du jour du Sabbat pour le sanctifier. (...)<br> Honore ton père et ta mère. (...)<br> Tu ne tueras pas.

Exode, XX.


En ce jour, l'Eternel, ton dieu, te recommande d'exécuter ces diverses lois et ces statuts ; tu t'appliqueras donc à les observer de tout ton coeur et de toute ton âme.

Deutéronome, XXVI, 16.


Six jours tu travailleras et feras tout ta besogne, mais le septième est le Sabbat pour l'Eternel, ton Dieu.

Exode, II, 8.


Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, ce sera le signe de l'Alliance entre moi et vous.

La genèse, XVII, 11.


Sept jours durant tu mangeras des azymes et au septième jour il y aura une fête de l'Eternel (...) Ce sera pour toi un signe sur ta main et un mémorial entre tes yeux, afin que la Loi de l'Eternel soit en ta bouche.

Exode XIII, 6, 9.


Dans des cabanes vous habiterez sept jours (...) afin que vos générations sachent que j'ai fait habiter les enfants d'Israël dans des cabanes lorsque je les ai fait sortir du pays d'Egypte.

Lévétique, XXIII, 42-43.


Et pourtant, même alors, quand ils se trouveront relégués au pays de leurs ennemis, je ne les aurai ni dédaignés, ni repoussés, au point de les anéantir.

Lévétique, XXVI, 44.


Esprit de sagesse et de discernement, esprit avisé et vaillant, esprit de connaissance et de crainte de Iahvé.

Isaïe, XI, 2.


Il (jésus) monte sur la montagne et appelle ceux qu'il voulait. Il fit que douze soient avec Lui.

Marc, III, 13.


Celui dont la maladie s'appelle Jésus ne guérira jamais.

Ibn al-Arabi, mystique musulman du XIIIe s..


Mon commandement est que vous vous aimiez les aus les autres comme je vous ai aimés.

Evangile de jean, XV, 12.


Et ils étaient assidus à l'enseignement des apôtres, et à s'associer pour rompre le pain et prier. et toute âme était dans la crainte car il se faisait, par les apôtres, beaucoup de prodiges et de signes.

Actes des apôtres, II, 42-43.


Un corps a beau avoir plusieurs membres, tous les membres du corps ne font qu'un unique corps, et il en est ainsi du Christ. Car nous avons tous été immergé dans l'unique esprit pour être un unique corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou libres, et on nous a tous fait boire à l'unique Esprit.

1er Epître de Paul aux Corinthiens, XII, 12-13.


Le vrai but de la vie chrétienne consiste en l'acquisition du Saint-Esprit de Dieu. La grâce du Saint-Esprit est Lumière.

Séraphin de Sarov, moine russe au XIXe s..


Et le désert devint une cité du fait de moines qui avaient renoncé à leurs biens et s'étaient inscris comme citoyens des cieux.

Vie d'Antoine, IVe s..


Car Dieu s'est fait homme pour que nous soyons faits Dieu.

Athanase d'Alexandrie, IVe s..


Et Il (Jésus) fut transfiguré devant eux, sa face brilla comme le soleil, ses vêtements devinrent blancs comme la lumière

Evangile de Matthieu, XVII, 1-2.


Dans l'Eglise, ni les évèques, ni le premier d'entre eux (le pape) ne sont la tête. La tête, c'est Jésus-Christ.

Cardinal Marty, 1971.


Voici mon commandement : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il 'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

Saint Jean, XV, 12-13.


Fêtez le Seigneur, vous qui êtes Ses fidèles. Rendez grâce à Son saint nom.

Psaume XXX, 5.


La prière est vrai comme la sève.

Alain, Propos.


Il n'est ni sûr ni honnête d'agir contre sa propre conscience.

Luther.


Je n'ajoute foi ni au pape, ni aux conciles seuls. Je suis lié par l'Ecriture ; ma conscience est captive des paroles de Dieu. (...) Je ne puis autrement.

Martin Luther.


Pour nous, protestants, c'est l'écoute de la Bible individuelle et communautaire qui constitue l'Eglise.

Fédération protestante de France (1987).


Thomas More, Lord-Chancelier d'Angleterre, dont l'âme était plus pure que la neige la plus pure, dont le génie était si grand que jamais l'Angleterre n'en a connu de plus grand et n'en connaîtra jamais à l'avenir.

Erasme.


L'église anglicane a une liturgie papiste, un clergé anticalviniste et des articles de foi calvinistes.

Wiliam Pitt, homme politique anglais (1759-1806).


Dieu et moi ...<br> Obéir d'abord à sa conscience et ensuite au pape.

Henry Newman (1801-1890).


Aliocha le baptiste lisait toujours son évangile mais pas (...) pour soi tout seul, avec un air de le sussurer. exprès peut-être.

Soljenitsyne, Une journée d'Ivan Denissovitch.


Ils vient des langues, comme de feu, se poser sur chacun d'eux, et tous furent remplis de l'Esprit saint et commencèrent à parler en d'autres langues.

Actes des Apôtres, II, 3-4.


Dis : il est Allah, Unique, Allah le Seul.<br> Il n'a pas engendré et n'a pas été engendré.<br> N'est égal à Lui personne.

Le Coran, CXII, 1-4.


Il n'appartient pas à un prophète d'apporter un signe, si ce n'est avec la permission de dieu, Un Livre a été envoyé pour chaque époque déterminée.

Le Coran, XIII.


Gloire à Celui qui a fait voyager de nuit son serviteur de la Mosquée sacrée (La Mecque) à la mosquée très éloignée (Jérusalem) (...) et ceci pour lui montrer certains de nos Signes.

Le Coran, XVII.


Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah et Mahomet est Soon Envoyé.

Cette proffession de foi suffit pour devenir musulman..


La prière accomplie en assemblée est supérieure de vingt-cinq degrés à celle faite isolément.

La Sunna.


Voici le Livre !<br> Il ne renferme aucun doute ;<br> il est une direction pour ceux qui craignent Dieu ;<br> Ceux qui croient au Mystère ;<br> Ceux qui s'acquittent de la prière ;<br> Ceux qui font l'aumône avec les biens que nous leur avons accordés ;<br> Ceux qui croient à ce qui t'a été révélé et à ce qui a été révélé avant toi;<br> Ceux qui croient fermement à la vie future.<br> Voilà ceux qui vsuivent une Voie indiquée par le Seigneur ;<br> Voilà ceux qui sont heureux !

Le Coran, II, extrait de la sourate al bakara.


Ils viendront à toi à pied ou sur toute monture au ventre cave, arrivant par tout val prodond, pour témoigner des bienfaits qui leur sont concédés ici.

Le Coran 22, 26-33.


Aucun de vous ne devient véritablement croyant s'il ne désire pour son frère ce qu'il désire pour lui même.

Sunna.


Quand vous entendrez l'appel à la prière, répétez ce que dira le muezzin.

La Sunna.


Allah est le plus grand, il n'est d'autre Dieu que Lui, Mohamde est Son Prophète. Venez à la prière. Venez à la félicité.

Psalmodié 5 fois par jour par le muezzin du haut du minaret de la mosquée..


Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d'idées, restaurateur de dogmes, fondateur de vingt empires terrestres et d'un empire spirituel, voilà Mahomet !

Lamartine, Histoire de la Turquie..


Plusieurs voies mènent à dieu, j'ai choisi la voie de la danse et de la musique.

Roumi.


Le Coran est l'imam muet et l'imam est le Coran parlant.

Henry Corbin.


Tant que tu ne cherches pas une chose, tu ne la trouves pas, excepté le Bien-Aimé, avant de l'avoir trouvé, tu ne le cherches pas.

Ibn Arabi (1165-1241).


Le meilleur islam consiste à donner à manger (à ceux qui ont faim) et à donner le salut à ceux que l'on connaît et aussi à ceux que l'on ne connaît pas.

Hadiths.


Les actes des existences antérieures forcent l'homme à subir leur rétribution. Les actes nous suivent toujours. Ils ne se consument ni ne s'épuisent jamais.

Nâgarjuna, bouddhiste du II-IIIe s..


Qu'Agni ( le dieu du Feu) aimé de tous, l'hôte de la maison, soit vénéré chaque matin, car il est l'immortel qui se réjouit des offrandes des mortels !

Rig-Veda (hindouiste ).


Celui qui voit en chaque être l'étincelle spirituelle, une âme qui participe de l'esssence de la divinité, il connaît la vraie nature des choses.<br> Comment l'illusion ou l'angoisse pourraient-elles avoir prise sur lui ?

Shrî Ishopnaishad, X, 1.


J'ai déposé tous les Veda dans mon âme, et j'ai déposé mon âme dans tous les Veda.

Shataphatha Brâhmana.


C'est Shiva le Protecteur du monde dans le temps, le Souverain de l'univers caché dans tous les êtres. Lorsqu'on l'a reconnu pour tel, on trance les lins de la mort.

Shvetâshvatâra Upanishad.


Il ne faut nullement renoncer aux actes de sacrifice, d'offrande et d'ascèse ; il faut les accomplir, car ils purifient le sage. Et ces actions mêmes, il faut certainement les faire en laissant de côté l'attachement et le fruit.

Bhagavad-Gitâ, XVIII, 5-6.


Il n'y a pas de rivière plus sacrée que la Gangâ.<br> Celui qui contemple Shiva à cet endroit, <br> même seulmeent pendant quinze jours,<br> devient un avec shiva.

Skanda Purâna.


Les sages à l'esprit élevé, allant de place en place, purifient la terre entière.

Bhagavad-Gitâ, I, 19, 8.


Par l'observance d'une vie pure, par la maîtrise et la victoire sur soi-même, l'homme devient parfait ; voilà la saiteté suprême.

Theragâthâ, 212.


Dieu Brahmâ, je t'en informe, j'ouvre dès maintenant les portes de l'immortalité.

Dharmagupta, Vinayapitaka.


Le coeur du sage est comme un lac prodond :
Pur et Immobile.

Dhammapada.


Ni dans le ciel, ni au milieu des mers, ni à l'intérieur des cavernes des montagnes n'existe un lieu où l'homme se puisse libérer d'une mauvaise action qu'il a commise.

Dhammapada, 127.


Tant qu'un être vivant respire, où qu'il soit, là, compatissant, apparaîtra le Bouddha, incarné.

Mgon-rto-rgyan.


Personne ne suit le chemin qui mène au ciel, mais tout le monde veut forcer les portes de l'enfer.

Proverbes chinois..


Si vous vous effrayez, vous êtes dans l'erreur.<br> Si vous savez apaiser votre esprit et le maintenir imobile en toutes circonstances, vous êtes dans le vrai.

Traité de Bodhidharma.


Dans tous les pays, il n'est pas un hameau<br> Si humble, si reculé, que la lune d'argent<br> Ne touche de ses rayons. Mais lorsqu'un homme<br> Ouvre sa fenêtre et regarde au loin, <br> La vérité du ciel entre et demeure avec lui.

Hônen (1133-1212).


La vie ,<br> Quelle image en donner ?<br> Celle du reflet de la lune<br> Dans la goutte de rosée<br> Suspendue au bec d'un oiseau aquatique.

Dogen, fondateur d'une branche de bouddhisme zen, XIIIe s..


Certes ici-bas, les haines ne s'apaisent jamais par la haine : c'est par l'absence de haine qu'elles s'apaisent. telle est la loi éternelle.

Dhammapada.


D'abord toutes les divintés du ciel et de la terre. (...) Puis les augustes esprits vénérés dans les sanctuaires. (...) Tout ce qui est oiseau, animal, arbres, plantes, les mers aussi bien que les montagnes, bref tout ce qui n'est pas ordinaire (...) tout ce qui est à même d'inspirer de l'effroi.

Définition des divinités Shintô selon un savant du XVIIIe s..


Je ne me plains pas du ciel, et n'accuse pas les hommes. Je m'applique à apprendre des autres, afin de connaître les choses les plus profondes.

Confucius.


Un homme de bien n'exige pas tous les talents et toutes les qualités chez une seule personne.

Confucius.


S'éveiller par la poésie<br> Se maintenir par les rites<br> Se parfaire par la musique.

Confucius.


Un homme bon n'est jamais seul.

Confucius.


Tout Chinois est confucéen ou n'est pas chinois

Savant Chinois du XXe s..


Celui qui sait ne parle pas,
celui qui parle ne sait pas.

Lao Zi.


Qui connaît l'autre homme est intelligent,<br> qui se connaît est éclairé.

Lao Zi.


A la recherche d'un Immortel<br> J'ai parcouru les cinq Montagnes du pays<br> Jamais ne m'a rebuté leur éloignement.

Li Bo, poète chinois du VIIIe s..


Je me déclare adorateur de Mazdâ, sectateur de Zarathoustra ennemi des démons.

Prière mazdéenne.


La Rénovation est semblable à une nuit obscure : quand la nuit s'achève, quand le soleil est revenu à sa place et apparaît, frappant les ténèbres et l'obscurité.

Zâtspram, IXe s..


Il s'abandonne. (...)<br> Chair de la chair du monde,<br> palpitant du mouvement même du monde.

Aimé Césaire.


Le sectaire s'imagine que l'océan a été tranvasé dans son étang particulier.

Rabindranath Tagore.


La secte est toujours l'autre. Nul groupe religieux ne se définit comme secte : iil est classé comme tel par rapport à une norme religieuse établie.

Jean-françois Mayer..


Le salut des hommes est dans l'usage toujours plus complet de la méthode scienifiques

Paul Langevin.


Le monde moderne est plein d'hommes qui s'en tiennent aux dogmes si fermement qu'ils ignorent même que ce sont des dogmes.

Gilbert Keith chesterton.


Ma devise est au enfants de soubise<br> Qui de moi se servira le fer et le bois coupera.

Inscription sur le manche d'une rainette d'un compagnon du devoir..


Pour donner la foi à un groupe, le premier point c'est de lui montrer par le raisonnement, le bien qui résulte du devoir.

Xenophon (Ve s. avant J-C.).


La Main est Esprit.

Anaximandre (547 avant J-C.).


Or, si le metier disparaissait, n'est-ce pas la voie royale de la création qui se perd ?

Pierre Dehaye.


Le Meurtre n'est pas une victoire<br> Qui sème la mort est un maudit.

Chanson - La grève des mères - Montéhus Chantegrelet.


L'histoire est l'odysée de l'esprit

Hegel.


L'histoire conçue, c'est le retour à l'intérieur et le calvaire de l'esprit absolu, l'effictivité, la vérité et la certitude de son trône sans lequel il serait solitude sans vie.

Hegel.


Qui perd son âme la trouvera.

Clément Alexandre.


Trouver son âme, c'est se connâitre soi-même. Cette conversion vers les choses divines, les stoïciens disent qu'elle se fait par une mutation brusque, l'âme se tranforment en sagesse ; quand à Platon, il dit qu'elle se fait par la rotation de l'âme vers le meilleur et que la conversion de celle-ci la détourne de l'obscurité.

Stromates, IV, VI, 27, 5.


N'est pas mort pour toujours qui dort dans l'éternel,<br> Mais d'étranges éons rendent la mort mortelle

H.P. Lovecraft, Le mythe de Cthulhu.


Incliné au-dessus de l'insondable abîme,<br> Noir chaudron de sorcière où bouillonnent les herbes,<br> j'entrevis aussi loin que porte le regard<br> Les parois de jais sombre, lisses comme du verre<br> Enduites de la poix que le Royaume des Morts<br> jette sur ses rivages visqueux.

Thomas More.


Toute science est bonne en soi, mais elle peut être mauvaise suivant le but que l'on donne à ses applications.

Albert le grand (XIIIe sciècle).


La force de l'âge, c'est quand on a gagné et pas encore perdu.

un ami.


Avec l'age, tout le monde s'aggrave, sauf les gens bien qui s'améliorent.

André Compte-Sponville.


Vulnerant omnes, ultima necat. (toutes blessent, la dernière tue)Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Je suis un enfant et un homme, Je suis une fille et un garçon, Je suis trésor et brimborion, Le jour qui chante et qui enchante Naissance, graine, apparition.

Paul eluard, enfance maîtresse.


Vieillir, c'est envore le seul moyen qu'on ait trouvé pour vivre longtemps.

Sainte Beuve.


la lumière est semée pour le juste, et la joie pour ceux qui sont droits de coeur.

Psaume 97,11, Bible.


Pas d'oreilles pour écouter ; pas de tête pour agir.

proverbe chinois.


Demandez conseil, mais gardez votre bon sens.

Proverbe chinois.


Oh que les cieux se couvrent de nuages. Que les éclairs déchirent l'horizon. Avec les miens disparaient tout un age. Un peuple meurt quand meurent les bisons.

Extrait d'une chanson d'<a href="http://www.annesylvestre.com/">Anne Sylvestre</a>.


Regardez à ses pieds, sa chaussure est si étroite qu'elle en est ridicule. Regardez sa taille : c'st pis encore. Elle serre ses entrailles avec une ceinture de soie d'or, d'argent .. levez les yeux vers sa tête : c'est là que se voient les insignes de l'enfer. Ce sont des cornes, ce sont des cheveux morts, ce sont des figures de diables. C'est à Paris surtout que règnent ces abus. C'est là qu'on voit des femmes courir par la ville toutes décolletées, toutes espoitrinées.

Dit par un chancelier de l'université de Paris en 1273.


Quand les mystères sont très malins, ils se cachent dans la lumière.

Jean Giono.


Parmi les choses répandues au hasard, la plus belle : le cosmos. L'harmonie invisible plus belle que la visible. Nature aime se cacher...

Héraclite.


La science remplace du visible compliqué par de l'invisible simple.

Jean Perrin.


Tout ce qui se manifeste est vision de l'invisible.

Anaxagore.


Nous avons de diverses et curieuses horloges, et d'autres qui produisent des mouvements alternatifs ... Et nous avons aussi des maisons consacrées aux erreurs des sens, où nous réalisons avec succès tout genre de manipulations, fausses apparitions, impostures et illusions ... Ce sont là ô mon fils, les richesses de la maisons de Salomon.

Francis Bacon, Lord Verulam.


... Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne. Dieu sépara la lumière des ténèbres ...

La bible, Genèse.


Il ne suffit pas de "voir" un objet jusque-là invisible pour en faire un objet d'analyse... Il faut encore qu'une théroie soit prête à l'accueillir.

Paul Dirac.


Tout ce monde visible n'est qu'un trait imperceptible dans l'ample sein de la nature. Nulle idée n'en approche. Nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses.

Pascal.


... si je n'enfonce pas ma main dans son côté, je ne croirai pas...

Thomas, Evangile de Jean.


Nous avons raison de nous attaquer au poète, car au regard de la vérité il fait des ouvrages aussi vils que le peintre.

Platon.


Les codes invisibles du visible définissent une culture.

Regis Debray.


Qui prétendrait comprendre le déploiement des nuages et le tonnerre de sa voûte ?

La bible, livre de Job.


Le livre de la nature s'étale continuellement ouvert devant nos yeux, mais on ne peut le comprendre sans apprendre d'abord le langage et les caractères dans lesquels il est écrit. Il est écrit en langage mathématique, et ses caratères sont des figures géométriques.

Galilée.


L'image est à l'objet qu'elle reproduit comme l'opinion à la science.

Platon.


Nos propres yeux, aussi, ne sont que des lunettes...

Malebranche.


Je n’attribue à la nature ni beauté ni laideur, ni ordre ni confusion, convaincu que je suis que les choses ne sont belles ou laides, ordonnées ou confuses, qu’au regard de notre imagination.

Spinoza.


Or, si ce monde est beau et si l'ouvrier est bon, il est clair qu'il fixe son regard sur le modèle éternel.

Platon.


J'éprouve l'émotion la plus forte devant le mystère de la vie. Le sentiment fonde le beau et le vrai, il suscite l'art et la science.

Albert Einstein.


Ce serait une erreur de croire que le peintre travaille toujours sur une surface blanche et vierge. La surface est déjà tout entière investie virtuellement par toutes sortes de clichés avec lesquels il faudra rompre.

Gilles Deleuze.


Quand je peins des voleurs de chevaux, je ne dis pas qu'il est mal de voler des chevaux. C'est l'affaire du jury et non la mienne.

Tchekov.


Le commencement de la sagesse, c'est la crainte du Seigneur, pour les fidèles, elle a été créée avec eux dans le sein maternel.

Siracide ch. 1 v. 14.


On ne perçoit que des bribes de l'angoisse subie par l'autre, de la douleur d'un malade. Si la joie, le bonheur se partagent aisément, la souffrance répugne, elle fait honte, elle isole. S'y greffe alors une autre torture : être jugé, incompris, porter seul un poids trop lourd quand plus que jamais une écoute amicale allégerait le tourment. Se mettre à la place du souffrant, voilà un exercice ardu. Rien n'est pire que la résignation béate des fatalistes qui, devant la souffrance des autres, se voilent les yeux et ne font rien, de ceux qui, condamnant les victimes, ont tôt fait de les taxer d'incapables et oublient que la souffrance pèse, alourdit, engourdit. Trop souvent elle anéantit. Avant d'accuser la victime et prétendre qu'elle se complaît dans la souffrance, peut-être convient-il de s'assurer si ce que l'on qualifiait de complaisance ne relève pas d'un désespoir abyssal. Prisonnier de la douleur, on perd aisément l'espérance et la force requises. Et chacun peut sombrer du jour au lendemain. Se peut-il que la routine, les creux du quotidien privent de l'essentiel : savoir pourquoi lutter, connaître sa raison d'être ? Doit-on comprendre que trop de lutte épuise et tue ?

Alexandre Jollien in Le Métier d'homme, Seuil..


Je ne te demande ni ta religion, ni tes opinions, mais quelle est ta souffrance.

Louis Pasteur.


la loi normale de l'erreur est l'une des plus vastes généralisation de la philosophie naturelle qu'ai connu l'humanité. elle guide les chercheurs en physique, en sciences humaines, en médecine, en agronomie et en génie civil. elle est un outil indipensable à l'analyse et l'interpréation des données de base tirée de l'observation et de l'expérimentation

Houthakker, dans 'la théorie du chaos' édition Flammarion.


Le but de l'encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre; d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de les transmettre aux hommes qui viendront après nous; afin que les travaux des siècles passés n'aient pas été des travaux inutiles pour les sicèles qui succèderont.

Denis DIDEROT.


Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Marc Twain.


Mon coeur est saturé de plaisir quand j'ai du pain et de l'eau.

Epicure.


L'ensemble est plus que la somme des parties. Le tout est moins que la sommes des parties.

Edgar Morin, dans la Méthode, I : La nature de la nature. Paris Seuil 1997.


L'être humain a besoin d'être flatté, sinon il ne devient pas ce qu'il est destiné à devenir, pas même à ses propres yeux.

Par LAGERKVIST, Le Nain. (http://www.artistique-web.com/flagorneur.html).


S'il avait la foi d'icare, Le sentier délacé Suivrait la semelle de n'importe quel Passant

Olivier Bonnetau (lu dans le métro parisien).


Quand le printemps dessine la Seine Il capture le mystère et la grâce Alors Paris s'habille de lumière Livre ses épices et ses chants de toutes les couleurs

Tehar Ben Jelloun (lu dans le métro Parisien).


Sauver un enfant, c'est sauver le monde

Dostoïevski.


Dramatiques comme des squelettes, les ruines ont une majesté sobre, une grandeur dépouillée : elles sont l'histoire figée dans la pierre

Inconnu.


Si les châteaux forts sont par essence, sévérité et violence, nous trouvons même dans les plus rigoureux, des éléments de familiarité qui sont comme des sourires dans des visages impassibles : les vestiges d'un logis seigneurial qui fut accueillant, quelquefois de simples fenêtres, orbites sans yeux, subsistant dans une rude muraille. Alors surgissent des visions d'un Moyen-Age violent mais aimable aussi.

Henri-Paul Eydoux (Châteaux Fantastiques - Flammarion 1969) .


Car je suis convaincu qu'au terme de leur duel immémorial, le bien finira par triompher du mal. À une seule condition: que chaque être humain s'efforce de s'engager personnellement dans ce combat. Je crois que le salut de l'humanité toute entière passe par cette démarche individuelle.

Ainsi, parlait Zarathoustra. lue sur le site : http://www.parents-brises.org/.


Toute la mer va vers la ville Ô les babels enfin réalisées ! Et cent peuples fondés dans la cité Et les langues se dissolvant en une, Et la ville comme une main, le doigts ouverts, Se refermant sur l'univers !

Emile VERHAEREN 1855-1916, lu dans le métro parisien.


"Le Seigneur dit à Moïse : Dis aux fils d'Israël de lever pour moi une contribution sur tous les hommes au coeur généreux ...: or, argent, bronze, pourpre violette et pourpre rouge, cramoisi éclatant, lin, poil de chèvre, peaux de béliers, teintes en rouge, peaux de dauphins, bois d'acacia, huile pour le luninaire, aromates pour l'huile d'onction et le parfum à brûler, pierres de béryl et pierre de garniture pour l'éphod et le pectoral. Ils me feront un sanctuaire et je demeurerais parmi eux... Ils feront donc une arche en bois d'acacia..."

Livre de l'Exode (25,1-10).


Les fils d'Israël recommencèrent à pleurer, et ils dirent : "Qui nous fera manger de la viande ? Nous nous souvenons du poisson que nous mangions pour rien en Egypte, des concombres, et des pastèques et du poireau, et des oignons et de l'ail. Et maintenant notre vie s'étiole, privée de tout, nos yeux ne voient plus que la manne !"

Livre des Nombres (11,5).


Le lendemain, Moïse entra dans la Tente du Témoignage et vit que le bâton d'Aaron, de la maison de Lévi, avait bourgeonné : il avait fait surgir un bourgeon, éclore une fleur et mûrir des amandes.

Livre des Nombres (17,23).


Qu'il n'y ait pas chez vous un homme ou une femme, une famille ou une tribu dont le coeur se détourne aujourd'hui du Seigneur notre Dieu pour aller servir les dieux de ces nations; qu'il n'y ait pas chez vous la racine d'une plante produisant du poison ou de l'absinthe.

Livre du Deutéronome (29, 17-18).


Le troisième ange fit sonner sa trompette; et, du ciel, un astre immense tomba, brûlant comme une torche. Il tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux. Son nom est : Absinthe. Le tiers des eaux devint de l'absinthe, et beaucoup d'hommes moururent à cause des eaux qui étaient devenues amères.

Livre de l'Apocalypse (8, 10-11).


Le roi d'Assyrie envoya au roi Ezéchias, à Jérusalem, le commandant en chef, le frand eunuque et le grand échnson.... [Ils lui firent dire] : " Voici que tut t'es fié à l'appui de ce roseau brisé, l'Egypte, qui si quelqu'un s'appui sur lui, pénètre en sa main et la transperce. Tel est Pharaon, le roi d'Egypte pour tous ceux qui se fient à lui".

Deuxième livre des Rois (18,21).


Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu, qui a toute ma faveur. J'ai mis mon esprit sur lui ; il exposera le droit aux nations. Il ne criera pas et n'élèveras pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix dans les rues. Il ne brisera pas le roseau froissé et n'éteindra pas la mèche qui faiblit. Il exposera le droit avec loyauté. Il ne faiblira pas et en fléchira pas qu'il n'ait établi le droit sur la terre.

Livre D'Isaïe (42,1-4).


Quand les envoyés de Jean [Baptiste] furent partis, Jésus se mit à parler de lui aux foules : "Qu'êtes-vous allés regarder au désert ? Un roseau agité par le vent ?... Un prophète ? Oui, je vous le déclare, et plus qu'un prophète. C'est celui dont il est écrit ; Voici, j'envoie mon messager en avant de moi ; il préparera ton chemin devant toi."

Evangile selon saint Luc (7, 24-27).


Et maintenant je suis la risée de plus jeunes que moi, dont j'eusse dédaigné de mettre les pères parmi les chiens de mon troupeau. Qu'aurais-je fait des efforts de leurs bras ? Toute leur vigueur avait péri. Desséchés par la misère et la faim, ils rongeaient la steppe lugubre et vaste solitude. Ils cueillaient l'arroche sur les vuissons et faisaient leur pain des racines de genêt.

Livre de Job (30, 1-4).


Jésus disait à ses disciples : "A quoi est comparable le Royaume de DIeu ? A quoi vais-je le comparer ? Il est comparable à une graine de moutarde qu'un homme prend et plante dans son jardin. Elle pousse, elle devient un arbre, et les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches.

Evangile selon saint Luc (13, 18-19).


Et aussi d'en haut on aura peur et ce seront des terreurs sur le chemin ; l'amande sera daignée, la sauterelle deviendra pesante et la câpre éclatera, car l'homme s'en va vers sa maison d'éternit et déjà les pleureuses rôdent dans la rue.

Livre de l'Ecclésiaste (12,5).


Le juste poussera comme un cèdre du Liban; planté dans les parvis du Seigneur, il gandira dans la maison de notre Dieu. Vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur pour annoncer : " Le Seigneur est droit ! " Pas de ruse en Dieu, mon rocher.

Psaume (92, 13-16).


Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent vers vous vêtus comme des brebis, mais qui au-dedans sont des loups rapaces. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez, Cueille-t-on des raisons sur un buisson d'épines, ou des figues sur des chardons ?

Evangile selon saint Matthieu (7,15-16).


Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l'indigence. Il alla se mettre au service d'un des citoyens de ce pays qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le venter des caroubes qui mangeaient les procs, mais personne ne lui en donnait.

Evangile selon saint Luc (15, 14-16).


Comme les frères de Joseph levaient les yeux, voici qu'ils aperçurent une caravane d'Ismaélites qui venait de Galaad. Leurs chameaux étaient chargs de gomme adragante, de baume et de landanum, qu'ils alleint livrer en Egypte.

Livre de la Genèse (37,25).


Chaque jeune fille devait se présenter à son tour au roi Assuérus au terme du délai fixé par le statut des femmes, soit douze mois. L'emploi de ce temps de préparation tait tel : pendant six mois les jeunes filles usaient de l'huile de myrrhe, et pendant six autres mois du baume et des onguents employs pour les soins de beauté gémine. Quan elle se présentait au roi, chaque jeune fille obtenait tout ce qu'elle demandait pour le prendre avec elle en passant du harem au palais royal.

Livre d'Esther (2,12-14).


Entrant alors dans le logis, ils [les mages venus d'Orient] virent l'enfant avec Marie sa mère, et, se prostenant, ils lui rendirent hommage ; puis, ouvrant leurs cassettes, ils lui offrirent en présents de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

Evangile selon saint Matthieu (2,11).


Les soldats conduisent Jésus dehors pour le crucifier. Ils réquisitionnent pour porter sa croix un passant, qui venait de la campagne, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus. Ils le mènent au lieu dit Golgotha, ce qui signigie lieu du Crâne. Ils veulent lui donner du vin mêlé de myrrhe, mais il n'en prend pas.

Evangile selon saint Marc (15, 21-23).


Elisée revint à Gilgal. La famine régnait alors dans le pays. Comme les fils de prophètes étaient assis devant lui, il dit à son serviteur : "Mets la grande marmite sur le feu et cuis une soupe pour les fils de prophètes." L'un d'eux sortit dans la campagne pour ramsser de herbes. Il trouva une vigne sauvage et y cueillit des coloquites, plein son vêtement. Il rentra et les coupa en morceaux dans la marmite de soupe, car on ne savait pas ce que c'était. On servit à manger aux hommes. Mais à peine eu eurent-ils goûté qu'ils poussèrent des cris : "Homme de Dieu ! Il y a la mort dans la marmite !" Et ils ne purent manger. Elisée, l'Homme de Dieu, dit : 'Apportez de la farine." Il en jeta dans la marmite et dit : "Sers les gens et qu'ils mangent." Il n'y avait plus rien de mauvais dans la marmitte."

Deuxième livre des Rois (4, 38-41).


Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : " Vraiment ! Dieu vous a dit : "Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ?" ... La femme vit que l'arbre était bon à manger, séduisant à regarder, précieux pour agir avec clairvoyance. Elle en prit un fruit et le mangea, elle en donna aussi à son mari qui était avec et il en mangea.

Livre de la Genèse (3, 1-6).


Oui, les rites des peuples ne sont que vanité : on a coupé un arbre de la forêt, travail des mains de l'artisan, avec la cognée ; d'argent et d'or on l'embellit, avec des clous et des marteaux on le fixe, pour qu'il ne vacille pas ! Ils sont comme un épouvantail dans un champ de concombres et ils ne parlent pas, il faut les transporter, car ils ne marchent pas ! ne les craignez pas, car ils ne font pas de mal, et de bien pas d'avantage.

Livre de Jérémie (10, 3-5).


Soyez attentifs, écoutez ma parole. Est-ce tout le temps que le laboureur, en vue des semailles, laboure, creuse et herse sa terre ? N'est-il pas vrai qu'il en aplanit la surface, puis répand la nigelle et sème le cumin, met le blé et l'orge et l'épeautre en lisière. Or c'est son Dieu qui lui enseigne la règle à suivre et qui l'instruit.

Livre d'Isaïe (28, 23-26).


Malheureux êtes-vous scribes et pharisiens hypocrites, disait Jésus, vous qui versez la dîme de la menthe, du fenouil et du cumin, alors que vous négligez ce qu'il y a d plus grave dans la loi : la justice, la miséricorde et la fidélité ; c'est ceci qu'il fallait faire, sans négliger cela.

Evangile selon saint Matthieu (23, 23).


En Egypte un homme de la maison de Lévi avait épousé une fille de sa tribu. Elle fut bientôt enceinte. La femme conçut et donna le jour à un fils. Voyant qu'il était beau, elle le dissimula durant trois mois. Comme elle ne pouvait le tenir caché plus longtemps, elle prit une corbeille de papyrus qu'elle enduisit de bitume et de poix, elle y mit l'enfant et la déposa au bord du Nil. La soeur de l'enfant se tenait à distance pour savoir ce qu'il lui adviendrait. Or la fille de Pharaon descendit vers le Nil pour se baigner... Elle vit l'arche au milieu des roseaux e envoya sa servante qui la prit.

Livre de l'Exode (2, 1-5).


Leurs yeux à tous deux (Adam et Eve) s'ouvrirent et ils surent qu'ils étaient nus. Ayant cousu des feuilles de figuier, il s'en firent des pagnes.

Livre de la Genèse (3, 7).


Jésus voyant Nathanaël venir à lui, dit : "Voici un véritable Israélite, en qui il n'y a point de tromperie". Nathanaël lui dit : "D'où me connais-tu ?" " Avant que Philippe t'appelât, répondit Jésus, quant tu étais sous le fichier, je t'ai vu". Nathanaël reprit : "Maître, tu es le fils de Dieu, tu es le roi d'Israëol". Jésus lui répondit : "Parce que je t'ai dit que je t'avais vu sous le fibhier, tu crois ! Tu verras de plus grandes choses encore".

Evangile selon saint Jeau (1, 47-50).


Amos répondit à Amacya : " Je n'étais pas prophète, je n'étais pas fils de prophète, j'étais bouvier, je traitais les sycomores ; mais le Seingeur m'a pris derrière le bétail et le Seigneur m'a dit : "Va ! prphétise à Israël mon peuple".

Livre d'Amos (7, 14-15).


Les apötres dirent au Seingeur : "Augmente en nous la foi." Le Seingeur dit : "Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous diriez à ce sycomore : "Déracine-toi et va te planter dans la mer", et il vous obéirait.

Evangile selon saint Luc (17,6).


Entré dans Jéricho, Jésus raversait la ville. Survint un homme appelé Zachée ; c'était un chef des collecteurs d'impôts et il était riche. Il chechait à voir qui était Jésus, et il ne pouvait y parvenir à cause de la foule, parce qu'il était de petite taille. Il courut en avant et monta sur sycomore afin de voir Jésus qui pasait par là. Quand Jésus arriva à cet endroit, lenvant les yeux il lui dit : "Zachée, descend vite : Il me faut aujourd'huidemeure dand ta maison". Sachée descendit et l'accueillit tout joyeux.

Evangile selon saint Luc (19, 1-6=.


C'étais au temps de Xerxès. Ce Xerxès régna sur cent vingt-sept provinces depuis l'Inde jusqu'à l'Ethiopie. En ces jours-là, comme il siégeait sur son trône royal, à la citadelle de Suse... il donna un banquet de sept jours dans la cour du jardin du palais [pour ses ministres et ses serviteurs]... Ce n'étaient que tentures de coton blanc et de pourpre violette, attachées par des cordons de bysus et de pourpre rouge à des anneaux d'argent et des colonnes d'albâtre, divans d'or et d'argent posés sur un dallage de jade, d'albâtre, de nacre et de jais. On faisait boire dans des coupes d'or, toutes de formes différentes, et le vin du royayme tait versé avec une libéralité royale.

Livre d'Esther (1, 1-7).


Le roi envoya Géronte l'Athénien, pour forcer les juifs à enfreindre les lois de leurs pères et à ne plus régler leur vie sur les lois de Dieu, pour prafaner le Temple de Jérusalem et le dédier à Zeus Olympien... Il n'était même pas permis de célébrer le sbbat, ni de garder les fêtes de nos pères, ni simplement de confesser que l'on était juif. On était conduit par une amère nécessité à participer chaque mois au repas rituel, le jour de la naissance du roi et, lorsque arrivaient les fêtes dionysiaques, on devait, couronné de lierre, accompagner le corège de Dionysos.

Deuxième livre des Maccabées (6, 1-7).


Je serai pour Israël, dit le Seingeur, comme la rosée, il fleurira comme l'iris et il enfoncera ses racines comme la forêt du Liban ; ses rejetons s'étendront, sa splendeur sera comme celle de l'olivier et son parfum comme celui du Liban. Ils reviendront, ceux qui habitaient à son ombre, ils feront revivre le blé, ils fleuriront comme la vigne et on en parler comme du vin du Liban.

Livre d'Osée (14, 6-8).


Tu es belle, ma compagne.. Ta chevelure est comme un troupeau de chèvres qui dévalent du mont Galaad. Tes dents sont comme un troupeau de brebis mères qui remontent du bain... Ta joue est comme une tranche de grenade... Une seule est ma colombe, ma parfaite... Je descends au jardin des noyers pour admirer les pousses de la gorge.

Cantique des cantiques (6, 4-11).


Salomon envoya dire à Hiram, roi de Tyr : "Envoie-moi du Liban des bois de cèdre, de cyprès et de santal, car je sais que tes serviteurs savent couper les arbres du Liban, et mes serviteurs iront avec tes serviteurs pour me préparer des bois en quantité, car la Maison que je veux bâtir sera grande et admirable.

Deuxième livre des Chroniques (2, 7-8).


Un jour que Jacob faisait cuire un potage, Esaü (son frère) revint des champs épuisé. Il lui dit : "Laisse-moi manger de cette soupe rousse, car je suis fatigué." Jacob lui dit : "Vends-moi d'abord ton droit d'aînesse." "Je meurs de faim, que m'importe mon droit d'aînesse !" "Jure-le-moi tout de suite." Il jura, et vendit son droit d'aînesse à Jacob. Celui-ci lui donna du pain et un plat de lentilles. Esaü mangea et but, puis se leva et partit. C'est ainsi qu'Esaü dédaigna son droit d'aïnesse.

Livre de la Genèse (25, 29-34).


Je suis la rose de Sharon, le lis des vallées. Tel un lis au milieu des épines, telle est mon amie parmie les jeunes filles... Mon bien-aimé est frais et vermeil remarquable entre dix mille... Ses joues sont un parterre où poussent des plantes odorantes. Ses lèvres sont des lis distillant la myrrhe liquide.

Cantique des cantiques (2-1 ; 5, 10-13).


Observez les lis : ils ne filent ni ne tissent et, je vous le dis : Salomon lui-même dans toute sa gloire n'a jamais été vêtu comm l'un d'eux.

Evangile selon saint Luc (12, 27).


Dans tous le pays d'Egypte, la grêle frappa tout ce qui était aux champs, homme et bêtes... Le lin et l'orge furent frappés car l'orge étaiet en épris et le lin en fleurs.

Livre de l'Exode (9, 25, 31).


Jésus proposa à la foule cette parabole : "Il en va du Royame des cieux comme d'un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi est venu : pardessus, il a semé de l'ivraie au milieu du blé et il s'en est allé.

Evangile selon saint Matthieu (13, 24-25).


Etant sorti au temps de la moisson des blés, Ruben trouva dans les champs des mandragores qu'il apporta à sa mère, Léa. Rachel dit à Léa : "Donne-moi donc des mandragores de ton fils" mais Léa lui répondit : "N'est-ce donc pas assez que tu m'aies pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils ?" Rachel reprit : "Eh bien, qu'il couche avec toi cette nuit en échange des mandragores de ton fils." Le soir, Jacob revient des champs, Léa sortit à sa rencontre et lui dit : " Il faut que tu viennes vers moi, car je t'ai pris à gages pour les mandragores de mon fils", et il coucha avec elle cette nuit là. Dieu exauça Léa, elle devint enceinte et donna un cinquième fils à Jacob.

Livre de la Genèse (30, 14-17).


Le Seigneur dit aux fils d'Israël : "Sortez dans la montagne et rapportez du feuillage d'olivier, d'olivier sauvage, de myrtes, de palmiers et d'arbres touffus pour faire des huttes."

Livre de Néhémie (8-15).


Au lieu de la ronce croîtra le cyprès, au lieu de l'ortie croîtra le myrte, cela constituera pour le Seigneur une renommée, un signe perpétuel qui ne sera jamais retranché.

Livre d'Isaïe (55, 13).


Qu'il se réjouissent, le désert et la terre aride, que la steppe jublie et qu'elle fleurisse. Comme le narcisse qu'elle fleurisse abondamment, qu'elle exulte, éclate en cris de joie !"

Livre d'Isaïe (35, 1-2).


Cent cinquante jours après le déluge, les eaux diminuèrent... et l'arche de Noé reposa sur le mont Arart... Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l'arche et lâcha d'auprès de lui la colombe, pour voir si les eaux avaient diminué de la surface du sol... Sur le soir, la combe revint à lui et voilà qu'elle tenait en son bec une feuille d'olivier toute fraîche.

Livre de la Genèse (8, 6-11).


Un jour les arbres s'étaient mis en route pour aller oindre celui qui serait leur roi. Ils dirent à l'olivier : "Règne donc sur nous." L'olivier leur dit : "Vais-je renoncer à mon huile par laquelle on honore les dieux et les hommes pour aller m'agiter au-dessus des arbres ?"

Livre des Juges (9, 8-9).


Moïse convoqua tous les anciens d'Israël et leur dit : "Prélevez et prenez pour vous du petit bétail selon vos familles et immolez la Pâque ! Vous prendrez un bouquet d'hysope et vous le plongerez dans le sang qui sera dans la cuvette, vous toucherez au linteau et aux deux jambages avec le sang qui sera dans la cuvette. Quand à vous, nul ne sortira de la porte de sa maison jusqu'au matin. Et le Seigneur passera pour frapper l'Egypte, il verra le sang sur le linteau et les deux jambages, alors le Seigneur sautera au-delà de la porte et ne permettra pas à l'exterminateur d'entrer dans vos maisons pour frapper.

Livre de l'Exode (12, 21-23).


Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur ; lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

Psaume (50, 9).


Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l'Ecriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : "J'ai soif." Un vase était là, rempli de vinaigre. On fixa une éponge imbibée de ce vinaigre au bout d'une branche d'hsope et on l'approcha de sa bouche.

Evangile selon saint Jean (19, 28-29).


Alors les soldats du gouverneur emmènent avec eux Jésus dans le prétoire et ils ameutent sur lui toute la cohorte. L'ayant dévêtu, ils lui mettent une chlamyde écarlate. Ils tressent une couronne avec des épines, ils la mettent sur sa tête et un roseau dans la main droite.

Evangile selon saint Matthieu (27, 27-29).


Une grand foule venue à la fète [de la Pâque] ayant appris que Jésus se rendait à Jérusalement, ils prirent des rameaux de palmiers et sortirent à sa rencontre en criant : "Hosanna ! Beni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d'Israël."

Evangile selon saint Jean (12, 12-13).


Leur père Israël dit à ses fils : "Prenez pour les descendre dans vos bagages des cueillettes du pays pour les offrir à cet homme : un peu de résine, un peu de miel, de la gomme adragante et du ladanum, des pistaches et des amandes"

Livre de la Génèse (43, 11).


Le cèdre était beau par sa grandeur, par l'ampleur de son branchage : ses racines s'étendaient jusqu'aux grandes eaux. Les cèdres du jardin de Dieu ne l'égaleient pas, les cyprès n'étaient pas comparables à ses rameaux ni les platanes à ses branches ; aucun arbre dans le jardin de Dieu ne lui était comparable en beauté. Je l'avais fait beau par l'abondance de sa ramure, tous les arbres d'Eden qui étaient dans le jardin de Dieu le jalousaient.

Livre d'Ezéchiel (31, 7-9).


Moïse envoya des hommes pour explorer le pays de Canaan. Ils atteignirent la vallée d'Echkol où ils coupèrent un sarment et une grappe de raisin, qu'ils portèrent à deux au moyen d'une perche. Ils prirent aussi des grenades et des figues.

Livre des Nombres (13, 23).


Débora, la nourrice de Rébecca, mourut et fut enterrée au-dessous de Béthel, au pied du chên que Jacob appela "Le chêne des pleurs".

Livre de la Genèse (35, 8).


Le seigneur apparut à Abraham au chêne de Mambré alors qu'il était assis à l'entrée de la tente dans la pleine chaleur du jour. Il leva les yeux et vit trois hommes debout près de lui. A leur vue, il courut de l'entrée de la tente à leur rencontre, se prosterna à terre et dit : "Mon Seingeur, si j'ai pu trouver grâce à tes yeux, veuille ne pas passer loin de ton serviteur".

Livre de la Genèse (18, 1-2).


Mon peuple consulte son arbre et c'est sa branche qui le renseigne, car un esprit de prostitiution l'égare et, en se protituant, ils se soustraient à leur Dieu. Sur le sommet des monstagnes, ils ont coutume de sacrifier, et sur les collines de brûler des offrandes, sous le chêne, le peuplier et térébinthe, car leur ombre est bonne.

Livre d'Osée (4, 12-13).


Elie se leva et partit pour sauver sa vie. Il arriva à Bersabée qui est à Judat, et il laissa là son serviteur. Lui-même s'en alla au désert, à une journée de marche, et il s'assit sous un genêt. Il se souhaita la mort et dit : "C'est est assez à présent, Seingeur, prends ma vie car je ne suis pas meilleur que mes pères !" Puis il se coucha et s'endormit sous le genêt.

Premier livre des Rois (19, 4-5).


Alors le Seingeur Dieu dépêcha un ricin qui grandit au-dessus de Jonas, pour qu'il y ait de l'ombre sur sa tête pour le tirer de sa mauvaise passe. Jonas fut joyeux d'une grande joie à cause du ricin. Le lendemain, à l'aurore, Dieu dépêcha un ver qui piqua le ricien et celui-ci se dessécha.. Alors Dieu lui dit : "Est-ce bien à toi de t'irrier à cause du ricin ?" Jonas dit : "C'est bien que je m'irrite jusqu'à la mort !" Le Seigneur lui dit : "Toi tu t'es apitoyé sur le ricin pour lequel tu n'as point periné et que tu n'as pas fait pousser, lui qui a existé l'espace d'une et a péri l'espace d'une nuit. Et moi, je ne m'apitoierais pas sur Ninive, la grande ville, dans laquelle il y a plus de douze myriades d'hommes qui ne distinguent pas entre leur droite et leur gauche, ainsi que des bêtes en grand nombre !"

Livre de Jonas (4, 6-11).


La sagesse fait sont propre éloge, au milieu de son peuple elle montre sa fierté ... Je me suis enracinée chez un peuple plein de gloire, dans le domaine du Seigneur se trouve mon héritage. J'y ai grandi comme le cèdre du Liban, comme le cyprès sur le mont Hermon. J'ai grandi comme le palmier d'Engaddi, comme les plants de roses de jéricho, comme un olivier magnifique dans la plaine, j'ai grandi comme un platane.

Livre du Siracide (24, 1.12-14).


Moïse faisait paître le petit bétail de jéthor, son beau-père, pêtre de Madiân. Il mena le troupeau par-delà le désert et arriva à la montagne de Dieu, à l'Horeb. L'Ange du Seingeur lui apparut dans une flamme de feu, du milieu du buisson. Il regarda : le buisson était en feu, et le buisson n'était pas dévoré. Moïse se dit : "Je vais faire un détour pour voir cette grande vision : pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ?" Le Seingeur vit qu'il avait fait un détour pour voir, et Dieu l'appela du milieu du buisson : "Moïse, Moïse !" Il dit : "Me voici." Il dit " N'approche pas d'ici ! Retire tes sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte." Il dit : "Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob." Moïse se voila la face, car il cragnait de regarder Dieu.

Livre de l'Exode (3, 1-6).


Au bord des fleuves de Babylone nous étions assis et nous pleurions, nous souvenant de Sion ; aux saules des alentours nous avions pendu nos cithares. C'est là que nos vaiqueurs nous demandèrent des chansons et nos bourreaux des airs joyeux.

Psaume (1.36, 1-3).


Nos pères en Egypte, ne comprirent pas tes merveilles, ils ne se souvinrent pas de l'abondance de tes grâce, ils se rebellèrent contre le Très-Haut près de la mer des Joncs. Il les sauva pourtant à cause de son Nom, pour faire conître sa puissance. Il menaça la mer des Joncs, qui se dessécha, il les fit marcher dans les abîmes comme dans le désert ; il les sauva de la main du haineux, il les racheta de la main de l'ennemi ; les eaux recouvrirent leurs adversaire, il n'en resta pas un seul. Ils crurent alors à ses paroles, et ils chantèrent ses louanges.

Psaume (106, 7-12).


Abraham planta un tamaris à Beer-Shéva où il fit une invocation au nom du Seigneur, le Dieu éternel.

Livre de la Genèse (21, 33).


Le seigneur dit à Moïse : "Du haut du ciel, je vais faire pleuvoir du pain pour vous... La couche de rosée se leva ; alors sur la suface du désert, il y avait quelque chose de fin, de crissant, quelque chose de fin tel du givre, sur la terre. Les fils d'Israël regardèrent et se dirent l'un l'autre : "Man Hou ?" c'est-à-dire : "Qu'est-ce que c'est ?", car ils ne savaient pas ce que c'était.

Livre de l'Exode (16, 4.14-15).


Pendant six jours tu mangeras des azymes, et le septième jour, réunion solennelle pour le Seigneur, ton Dieu ; tu ne feras aucun travail. Tu compteras pour toi sept semaine ; dès que tu commencera à mettre la faucille dans les blés, tu commenceras à compter sept semaines. TU célèbreras la fête des Semaines pour le Seigneur, ton Dieu, avec l'offrande volontaire de ta main, à la mesure des bénédictions dont le Seigneur ton Dieu t'aura comblé.

Livre du Deutéronome (16, 9-10).


En ce temps-là, un jour de sabbat, Jésus passait à travers des champs de blé, et ses disciples chemin faisant se mirent à arracher. Les pharisiens lui disaient : "Regarde ce qu'ils font le jour du sabbat ! Ce n'est pas permis."

Evangile selon saint Marc (2, 23-24).


Jésus leur dit : "Voici venue l'heure où le Fils de l'homme doit être glorifié. En vérité, en vérité je vous le dit : Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit."

Evangile selon saint Jean (12, 23-24).


Je suis passé auprès du champ d'un paresseux et auprès de la vigne d'un homme privé de coeur. Et voici que les orties poussaient partout, les chardons en couvraient la surface et son mur de pierres était écroulé.

Livre de Proverbes (24, 30-31).


Lorsque David arriva à Mahanayim, Shobi... et Barzillaï le Galldite, ... apportèrent du matériel de couchage, des lainages, ainsi que de la vaiselle, du blé, de l'orge, de la farine, des épris grillés, des fèves, des lentilles, du miel, du beurre, des moutons et des morceaux de boeuf qu'ils offrirent à David et au peuple qui l'accompagnait pour qu'ils s'en nourrissent. En effet, ils s'étaient dit : "L'armée a souffert de la faim, de la fatigue et de la soif dans le désert."

Deuxième livre de Samuel (17, 27-29).


Noé, homme de la terre, fut celui qui planta le premier une vigne.

Livre de la Genèse (9, 20).


Jésus disait à ses amis : "Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui, en moi, ne produit pas de fruit, il l'enlève, et tout sarment qui produit du fruit, il l'émonde, afin qu'il en produise davantage encore.

Evangile selon saint Jean (15, 1-2).


Cesse de ne boire que de l'eau. Prends un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquents malaises.

Première épïtre à Timothée (5, 23).


Les mains tachées de sang, La noirceur dans l'âme, Je suis le malveillant, Le maudit et l'infâme. D'où me vient cette haine Et ce profond courroux? N'engendrant que la peine, Je me moque de vous. Vous autres pauvres hères Qui pliez sous le joug Des vices, des misères Que j'ai créés pour vous.

INS : jeu de role http://www.ins-mv.net/index.php?res=1&w=1024.


Ma présence discrète, Mon amour dévolu, Au dessus de ta tête, Ne se masqueront plus. A l'appel du très haut Présent j'ai répondu Pour rendre encore plus beau Ton futur, ton vécu. Créature éthérée, Loin du crime et des maux, Mes ailes déployées, Je port'rai ton fardeau.

MV : jeu de role : http://www.ins-mv.net/index.php?res=1&w=1024.


"La nuit qui précéda sa mort fut la plus courte de sa vie. L'idée qu'il existait encore, lui brûlait le sang aux poignets. Le poids de son corps l'écoeurait, sa force le faisait gémir C'est tout au fond de cette horreur qu'il a commencé à sourir Il n'avait pas un camarade, mais des millions et des millions Pour le venger, il le savait, et le jour se leva pour lui."

?.


Je n'oublierai jamais l'illusion tragique Le cortège les cris la foule et le soleil Les chars chargés d'amour les dons de la Belgique L'air qui tremble et la route à ce bourdon d'abeilles Le triomphe imprudent qui prime la querelle Le sang que préfigure en carmin le baiser Et ceux qui vont mourir debout dans les tourelles Entourés de lilas par un peuple grisé

LOUIS ARAGON «Le Crève-Coeur» .


A ta naissance tout le monde rit, et tu est le seul à pleurer. Conduit ta vie de façon à ce qu'à ta mort tout le monde pleure et que tu sois le seul à sourire.

Confucius.


"L'homme sage apprend de ses erreurs, L'homme plus sage apprend des erreurs des autres"

Confucius.


Celui qui sait parler ne fait pas de fautes, celui qui sait compter n'a pas besoin de boulier, celui qui sait garder n'a pas besoin de serrure, Celui qui sait voyager ne laisse pas de traces

Lao Tseu.


Plus il y a de lois et plus il y a de voleurs.

Lao Tseu.


"Allez au delà du chemin, vers un rivage plus lointain où le monde se dissout et tout devient clair. Au delà de ce rivage et du rivage plus lointain, au delà de l'au-delà, où il n'y a ni début, ni fin, sans crainte, allez-y."

Bouddha.


Ta douleur vient que tu dépends du regard des autres, et que tu ne connais rien de ta beauté

Papaji.


Le bonheur ne se trouve pas avec effort et volonté, mais réside là tout proche, dans la détente et l'abandon

Lama Guendune.


Si ton rêve se réalise, c'est qu'il n'etait pas assez beau .Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
" Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours "Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
"Tout se donne à voir sur le ciel d'un visage." (

Bobin Christian.


là où la vie brûle, la mort vraiment n'est rien Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
"Un enfant, c'est le dernier poète d'un monde qui s'entête à vouloir devenir grand". Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
" L’héroisme est une qualité de crétin. "

Dosadi.


Le pouvoir, semblable en cela à n’importe quel être vivant, est prêt à tout pour se perpétuer.

Le Facteur Ascension.


Regarde tes terreurs en face ou elles grimperont dans ton dos.

La Maison des Mères.


Le crime est une solitude, même si on se met à mille pour l’accomplir.

Le Malentendu.


Ce monde tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelquechose qui soit dément peut être, mais qui ne soit pas de ce monde.

Caligula.


Je viens de comprendre enfin l’utilité du pouvoir: il donne ses chances à l’impossible.

Caligula.


La chance existe. Sans cela comment expliquerait-on la réussite des autres

Michel Achard.


Il y a une vieille legende à propos d’un saint qui devait choisir l’un des sept peches capitaux, il choisit celui qui lui parut le moins grave, l’ivrognerie, et avec celui-là, il commit les six autres péchés

Andersen.


Ne te plains pas, brebis belante attire le loup

Alexandre Arnoux.


Bienheureux les feles, car ils laisseront passer la lumiere

Michel Audiard.


Le talent supreme est de faire croire qu’on en a.

Yvan Audouard.


Feindre d'ignorer ce qu'on sait, de savoir tout ce qu'on ignore, d'entendre ce qu'on ne comprend pas, de ne pas voir ce qu'on entend..., voilà toute la politique.

Pierre Caron de Beaumarchais.


L’ironie est une tristesse qui ne peut pleurer et souritExtrait de la nomenclature Magdaletienne.
La vrai amitié sait etre lucide quand il faut, aveugle quand elle doitExtrait de la nomenclature Magdaletienne.
L’optimiste proclame que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles, tandis que le pessimiste craint que ce ne soit vrai

James Branch Cabell.


Il était né stupide et avait considerablement développé ses dons naturels ^^Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Une excuse sur le diable : nous ne connaissons qu’un aspect de l’histoire, et c’est Dieu qui en a écrit le livreExtrait de la nomenclature Magdaletienne.
Le chauffeur est de loin la partie la plus dangereuse de la voitureExtrait de la nomenclature Magdaletienne.
Si pour gagner deux fois plus, il faut travailler deux fois plus, je ne vois pas le benefice Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Il est plus facile de légaliser certaines choses que de les légitimer.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
On demandait à M. de Fontenelle mourant : "Comment cela va-t-il ? - Cela ne va pas, dit-il, cela s'en va."Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Il y a des gens si bêtes, que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.

E. Ciroan.


Et avec quelle quantité d'illusions ai-je dû naître pour pouvoir en perdre une chaque jour

E. Ciroan.


Dès que quelqu'un me parle d'élites, je sais que je me trouve en présence d'un crétin

E. Ciroan.


Un general ne se rend jamais, même a l’evidence

Georges Clemenceau.


Il faut une infinie patiente pour attendre toujours ce qui n’arrive jamaisExtrait de la nomenclature Magdaletienne.
Le cerveau, comme le parachute, doit être ouvert pour fonctionner.

Pierre Daninos.


Dieu aima les oiseaux et créa les arbres. L’homme aima les oiseaux et créa la cage.

Jaques Deval.


Il est vrai que, parfois, les militaires s’exagérant l’ impuissance relative de l’intelligence, negligent de s’en servir.

Charles de Gaule.


La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !

Albert Einstein.


On dit que l'argent ne fait pas le bonheur. Sans doute veut-on parler de l'argent des autres.

Sacha Guitry.


Redouter l'ironie, c'est craindre la raison.

Sacha Guitry.


La vie est une longue perte de ce qu’on aime.

Victor Hugo.


La melancolie c’est le bonheur d’être triste.

Victor Hugo.


Il est temps d'instaurer la religion de l'amour.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Un beau soir l'avenir s'appelle le passé. C'est alors qu'on se tourne et qu'on voit sa jeunesse.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Si Dieu avait voulu que l'on prit la Vie sérieusement, il ne nous aurait pas donne le sens de l'humour.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
L'homme n'est pas fait pour travailler. La preuve, c'est que ca le fatigue.

Georges Courteline.


Quand un philosophe vous répond, on ne comprend même plus ce qu'on lui avait demandé.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Il ne faut jamais juger les gens sur leurs fréquentations : Judas, par exemple, avait des amis irréprochables.

Verlaine.


Si Dieu nous a faits a son image, nous lui avons bien rendu.

Voltaire.


Si l'on te frappe sur la joue droite, ignore ce que tu fais de ta main gauche.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Sur chaque bouffée d'aurore Sur la mer sur les bateaux Sur la montagne démente J'écris ton nom Sur la mousse des nuages Sur les sueurs de l'orage Sur la pluie épaisse et fade J'écris ton nom Sur la vitre des surprises Sur les lèvres attentives Bien au-dessus du silence J'écris ton nom Sur mes refuges détruits Sur mes phares écroulés Sur les murs de mon ennui J'écris ton nom Sur l'absence sans désirs Sur la solitude nue Sur les marches de la mort J'écris ton nom Sur la santé revenue Sur le risque disparu Sur l'espoir sans souvenir J'écris ton nom Et par le pouvoir d'un mot Je recommence ma vie Je suis né pour te connaître Pour te nommer Liberté.Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
(...) Oradour je crie et hurle Chaquefois qu'un coeur éclate Sous les coups des assassins Une tête épouvantée Deux yeux larges deux yeux rouges Deux yeux graves deux yeux grands Comme la nuit la folie Deux yeux de petits enfants: Ils ne me quitteront pas. (...) Oradour n'est plus qu'un cri Et c'est bien la pire offense Au village qui vivait Et c'est bien la pire honte Que de n'être plus qu'un cri, Nom de la haine des hommes Nom de la honte des hommes Le nom de notre vengeance Qu'à travers toutes nos terres On écoute en frissonnant, Une bouche sans personne, Qui hurle pour tous les temps.

extraits de <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Tardieu">Jean Tardieu</a>: Oradour .


"Il tombe cette nuit, une étrange paix sur Paris <br> Une paix dieu aveugle de rêves sans couleurs qui se cognent aux murs, <br> Une paix de bras inutiles, de fronts vaincus, d'hommes absents <br> De femmes déjà passées, pâles froides et sans larmes <br> Il tombe cette nuit, dans le silence, une étrange lueur sur Paris,<br> Sur le bon vieux coeur de Paris <br> La lueur sourde du crime prémédité sauvage et pur, du crime contre les bourreaux, <br> Contre la mort.<br> Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
"Si haut que l'on soit placé, on est jamais assis que sur son cul"

Montaigne.


Une société prête à sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l autre et finit par perdre les deux.

Benjamin Franklin.


Dieu placera sur des degrés élevés Ceux d'entre vous qui croient et ceux qui auront reçu la science.

Le Coran, "La Discussion, LVIII".


Peu de science vaut mieux que beaucoup de dévotion.

Hadith.


Les hommes de science ont été les flambeaux des ténèbres, les indicateurs de la voie droite, les maîtres des hommes et l'élite des nations.

Sâid Al-Andalusi, livre des catégories des nations.


La science est d'un goût amer à ses débuts, mais à la fin elle est aussi douce que le miel.

<a href="http://www.louvre.fr"> Inscription sur un plat conservé au musée du louvre </a>.


Loin des pêcheurs , les fleuves se meuve lentement de soif... Ils ont été vus marchant en quête d'amour, perdus dans la nuit - Ah ! La femme aimé est comme une source !

In Anthologie de la poésie Brésilienne. Vinicus de Moraes (1913-1980).


Verrais-je comme le chaman les signes tracés à la surface des choses encore des heures sur le trajet calqué par la légende, encore des gest et j'ai lissé du doigt les images de pierre.

<a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%ABl_Des_Rosiers"> Joël des Rosiers </a> (Québec).


Rien n'est poison, tout est poison : seule la dose fait le poison.

Theophrastus Bombastus von Hohenheim, dit <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Paracelse" > Paracelse </a>.


Ductor fortissimus armis, Conditor et legum celeberrimus; ore manuque Consultor patriae: sed non consultor habendae Relligionis; amans tercentum millia divum. Perfidus ille Deo, quamvis non perfidus orbi. (traduction rapide : Fameux par ses vertus, par ses lois, par la guerre, Il méconnut son Dieu, mais il servit la terre.)

Apotheos., v. 450-454..


Nous marcherons ainsi, ne laissant que notre ombre Sur cette terre ingrate où les morts ont passé ; Nous nous parlerons d'eux à l'heure où tout est sombre, Où tu te plais à suivre un chemin effacé, A rêver, appuyée aux branches incertaines, Pleurant, comme Diane au bord de ses fontaines, Ton amour taciturne et toujours menacé.

Alfred de Vigny.


Aux mornes dévouements, comme aux rimes hardie, Elle est l'instinct aveugle, elle est la perfidie. Sa haine est un breuvage au sang des dieux pareil.

(Yseulte) de Jean Lorrain.


Le Temps ne surprend pas le sage ; Mais du Temps le sage se rit, Car lui seul en connaît l'usage ; Des plaisirs que Dieu nous offrit, Il sait embellir l'existence ; Il sait sourire à l'espérance, Quand l'espérance lui sourit.

Gérard de NERVAL (1808-1855) .


Que nous sert l'étudier, Sinon de nous ennuyer ? Et soin dessus soin accroître A nous, qui serons peut-être Ou ce matin, ou ce soir Victime de l'Orque noir ? De l'Orque qui ne pardonne, Tant il est fier, à personne.

Pierre de RONSARD (1524-1585) .


Bon chevalier masqué qui chevauche en silence, <br/> Le Malheur a percé mon vieux coeur de sa lance. <br/> Le sang de mon vieux coeur n'a fait qu'un jet vermeil, <br/> Puis s'est évaporé sur les fleurs, au soleil. <br/> L'ombre éteignit mes yeux, un cri vint à ma bouche <br/> Et mon vieux coeur est mort dans un frisson farouche. <br/> Alors le chevalier Malheur s'est rapproché, <br/> Il a mis pied à terre et sa main m'a touché. <br/> Son doigt ganté de fer entra dans ma blessure <br/> Tandis qu'il attestait sa loi d'une voix dure. <br/> Et voici qu'au contact glacé du doigt de fer <br/> Un coeur me renaissait, tout un coeur pur et fier <br/> Et voici que, fervent d'une candeur divine, <br/> Tout un coeur jeune et bon battit dans ma poitrine !<br/> Or je restais tremblant, ivre, incrédule un peu, <br/> Comme un homme qui voit des visions de Dieu. <br/> Mais le bon chevalier, remonté sur sa bête, <br/> En s'éloignant, me fit un signe de la tête <br/> Et me cria (j'entends encore cette voix) : <br/> " Au moins, prudence ! Car c'est bon pour une fois. "<br/>

Paul VERLAINE (1844-1896).


Les statistiques : la seule science qui permette à des experts utilisant les mêmes chiffres de tirer des conclusions différentes.

Evan Esar (1899-1995), humoriste américain.


Rien n'est plus hargneux qu'un minotaure, si ce n'est deux minotaures...<br/> Cependant, rien n'est plus têtu qu'un elfe, si ce n'est un elfe sans cervelle.

Une elfe écervelée.


L'argent est un bon serviteur, mais c'est un mauvais maître.

Proverbe francais (trouvé sur le site http://www.toupie.org/Citations/Argent.htm).


Mettre de l'argent de côté pour l'avoir devant soi, est, pour paradoxale qu'elle soit, une façon comme une autre d'assurer ses arrières à effet de ne pas l'avoir dans le dos.

Pierre Dac - 1893-1975 - Les pensées, 1972 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Argent.htm).


La politique est une lime sourde et qui parvient lentement à sa fin.

Montesquieu - 1689-1755 - L’esprit des lois - 1748 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Montesquieu.htm).


L'histoire du commerce est celle de la communication des peuples.

Montesquieu - 1689-1755 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Montesquieu.htm).


Dans une monarchie bien réglée, les sujets sont comme des poissons dans un grand filet, ils se croient libres et pourtant ils sont pris.

Montesquieu - 1689-1755 - Cahiers (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Montesquieu.htm).


Patriotisme, opinion public, devoir parental, discipline, religion, morale, ne sont que de jolis noms pour le mot intimidation.

George Bernard Shaw - 1856-1950 - Homme et surhomme - 1903 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Shaw.htm).


La démocratie est un système qui garantit que nous ne soyons pas gouvernés mieux que nous ne le méritons.

George Bernard Shaw - 1856-1950 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Shaw.htm).


La monarchie constitutionnelle est un moyen pour combiner l'inertie d'une idole de bois avec la crédibilité en une idole de chair et de sang.

George Bernard Shaw - 1856-1950 - Maximes pour révolutionnaires (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Shaw.htm).


Un peuple est libre quand il ne peut être opprimé ni conquis, égal quand il est souverain, juste quand il est réglé par des lois.

Antoine de Saint-Just - 1767-1794 - L'esprit de la Révolution (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Saint-just.htm).


Toute société qui n'est pas éclairée par des philosophes est trompée par des charlatans.

Condorcet - 1743-1794 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Condorcet.htm).


La politique n'est pas là pour faire le bonheur des hommes. Elle est là pour combattre le malheur - et elle seule, à l'échelle d'un pays ou du monde peut le faire efficacement.

André Comte-Sponville - né en 1952 - Le capitalisme est-il moral ? - 2004 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Comte-sponville.htm).


La propriété foncière est mère d'inégalité et de brutalité.

Jean Jaurès - 1859-1914 - Histoire socialiste ( trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Jaures.htm).


Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire.

Jean Jaurès - 1859-1914 ( trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Jaures.htm).


On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre.

ean Jaurès - 1859-1914 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Jaures.htm).


Qu'est-ce que la tolérance ? C'est l'apanage de l'humanité. Nous sommes tous pétris de faiblesses et d'erreurs ; pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c'est la première loi de la nature.

Voltaire - 1694-1778 - Dictionnaire philosophique (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Voltaire.htm).


Tout homme naît avec un penchant assez violent pour la domination, la richesse et les plaisirs, et avec beaucoup de goût pour la paresse ; par conséquent tout homme voudrait avoir l'argent et les femmes ou les filles des autres, être leur maître, les assujettir à tous ses caprices, et ne rien faire, ou du moins ne faire que des choses très agréables. Vous voyez bien qu'avec ces belles dispositions il est aussi impossible que les hommes soient égaux qu'il est impossible que deux prédicateurs ou deux professeurs de théologie ne soient pas jaloux l'un de l'autre.

Voltaire - 1694-1778 - Dictionnaire philosophique (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Voltaire.htm).


Une république n'est point fondée sur la vertu ; elle l'est sur l'ambition de chaque citoyen, qui contient l'ambition des autres.

Voltaire - 1694-1778 - Politique et législation (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Voltaire.htm).


C'est l'Etat, c'est l'autel de la religion politique sur lequel la société naturelle est toujours immolée : une universalité dévorante, vivant de sacrifices humains, comme l'Église.

Mikhaïl Bakounine - 1814-1876 - Fédéralisme, socialisme et antithéologisme - 1867 ( trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Bakounine.htm).


Amoureux et jaloux de la liberté humaine, et la considérant comme la condition absolue de tout ce que nous adorons et respectons dans l'humanité, je retourne la phrase de Voltaire, et je dis : Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître.

Mikhaïl Bakounine - 1814-1876 - Dieu et l'Etat - 1882 (trouvé sur le site : http://www.toupie.org/Citations/Bakounine.htm).


Si l'alchimie contient une science, celle-ci est le moyen d'accéder à la conscience.

Pauwells et Bergier.


Tant que tu n'es pas arrivé à une parfaite connaissance de ce que tu recherches, au moyen d'expériences répétées, patientes et évidentes, la Nature ne t'invitera pas à t'asseoir à sa table somptueuse.

Raymond Lulle.


L'alchimie est une philosophie ; c'est la philosophie, la recherche de la Sophia dans l'âme. L'alchimie consiste d'abord en la régénération de l'âme, qui ne peut être que sa déification.

Wilmshurst.


Il n'y a pas de différence essentielle entre la Naissance éternelle, la réintégration et la découverte de la pierre philosophale. Tout étant issu de l'Unité, tout doit y retourner de semblable façon.

Jacob Boehme.


La clef de la compréhension du symbolisme alchimique est l'analogie naturelle. Mais c'est la science la plus difficile pour un ignorant !

Auteur anonyme de la pratique des lumières.


Car l'or n'est pas un métal, l'or est la lumière... L'or, c'est le soleil ; faire de l'or, c'est être un dieu.

VIctor Hugo.


Etre alchimiste, c'est accepter de se trouver face à une multitude de portes qu'aucune clef ne saurait ouvrir...

ABC de l'Alchimie.


Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.

Rabelais.


J'avertis le chercheur, s'il veut prendre soin de son salut temporel et éternel, de ne pas se mettre dans le chemin du procédé terrester avant de s'être tout d'abord débarrassé de la malédiction de la mort par le Mercure divin... Autrement ses travaux seront vains et sa science inutile.

Jacob Boehme.


Les arcanes s'avilissent quand ils sont révélés ; et, profanés, ils perdnet leur grâce. Ne jette donc pas des perles devant les pouceaux, et ne fais pas à un âne une litière de roses.

Christian Rosencreutz.


Le livre sans parole, dans lequel est toutefois présentée en figures hiéroglyphiques la totalité de la philosophie hermétique, sacrée pour Dieu miséricordieux et trois fois grand, s'adresse uniquemenet aux fils de l'art et le nom de son auteur est Altus.

Présentation du Mutus Liber.


Le feu donne forme et parfait toute chose, comme il est écrit : et il lui insuffla la vie (...) le feu fait de toute chose terrestre une chose subtile, laquelle sert à la matière.

Le Feu.


Délivrer l'esprit par la matière en délivrant la matière elle-même par l'esprit.

René Alleau.


Le concept de la transmutation alchimique est le couronnement fabuleux de la foi à la possibilité de changer la Nature par le travail humain.

Alchimistes et forgerons.


C'est dans les conceptions concernant la Terre-Mère, les minerais et les métaux et surtout dans l'"exérience" de l'homme archaïque engagé dans les travaux de la mine, de la fusion et de la forge, qu'il faut chercher une des principales sources de l'alchimie.

Mircéa Eliade.


Vulcain est le feu des Philosophes Hermétiques, c'est pourquoi Hermès et les Egyptiens l'avaient en si grande vénération.

Dictionnaire de Dom Pernety.


Cette toison (la toison d'or) est le symbole de la matière du grand oeuvre ; les travaux de Jason sont une allégorie des opérations et des signes requis pour arriver à sa perfection, et que la Toison d'or conquise est la poudre de projection et la médecine universelle.

Dom Pernety.


La toison d'or est la matière employée à l'Oeuvre philosophale et le nom symbolique de la pierre philosophale.

La grande encyclopédie.


Or, ces conflits que le Cosmos en ébutillition nous offre d'une manière philosophiquement altérée et impure, l'alchimie nous le propose dans toute leur intellectualité rigoureuse puisqu'elle nous permet de ré atteindre au sublime, mais avec drame, après un pilonnage minutieux et exacerbé de toute forme insuffisamment mûre, puisqu'il est dans le principe même de l'alchimie de ne permettre à l'esprit de prendre son élan qu'après avoir passé par toutes les canalisations, dans les soubassements de la matière existante, et avoir refait ce travail en double dans les limbes incandescents de l'avenir.

Antonin Artaud.


L'alchimie est l'art de libérer des fragments du Cosmos de l'existence temporelle et de les ramener à leur perfection, c'est-à-dire l'or pour les métaux et pour l'homme la longévité, puis l'immortalité, finalement le salut.

H.J. Sheppard.


En Inde les tendances du Yoga à assimiler les techniques concrètes ne pouvaient négliger une expérience aussi précise que celle de l'alchimie. L'osmose entre ces deux sciences spirituelles est à certains moments parfaite : toutes les deux s'opposent à la voie purement spéculative, à la connaissance purement métaphysique, toutes les deux travaillent sur la maière vivante pour la transmuer ... toutes les deux poursuivent la délivrance des lois du temps, c'est-à-dire le déconditionnement de l'existence, la conquête de la liberté et de la béatitude, pour tout dire, l'immortalité.

Mircéa Eliade.


Sache que les philosophes, par prévoyance, ont écrit différentes choses afin que les ignorants ne tendant qu'à l'or ou à l'argent fussent abusés.

ABC de l'alchimiste.


Souvent dans l'être obscur, habite un dieu caché, Et comme un oeil naissant couvert par ses paupières, Un pur esprit s'accroît sous l'écorce des pierres.

Gérard de Nerval.


Dans leur essence, tous les corps sont semblables, ne différant les uns des autres que par leurs formes.

Albert le Grand (1193 - 1280) . Maïtre de Thomas d'Aquin.


J'ai connu de riches savants, des abbés, des directeurs, des physiciens et des illettrés qui avaient perdu leur argent et leur temps dans les recherches de cet art. Néanmoins cet exemple ne m'a pas découragé. Je travaillai sans relâche, je voyageai de pays en pays, en me demandant : Si la chose est, comment est-elle et si elle n'est pas, commen ne l'est-elle pas ?

Albert le Grand (1193 - 1280).


La nature tend toujours vers la perfection de l'or, mais les obstacles sont nombreux.

Roger Bacon (1214 - 1292).


Grâce à la médecine on peut enlever toutes les parties corrompues d'un métal vulgaire et le transformer en or. On peut grâce à ce même secret, purifier la nature humaine de toutes ses impuretés et prolonger la vie d'autant. Voilà le secret des secrets dont seuls les sages savent parler. Rares sont ceux qui y parviennent. Si Artéphius a dit vrai, lui qui s'est vanté d'avoir vécu plus de mille et vingt-cinq années, c'est qu'il était parvenu à ce point ultime duquel Aristote a parlé au nveuvième livre de sa Métaphysique...

Roger Bacon.


Je méprise et je déteste avec raison cette idolâtrie de l'or et de l'argent avec lesquels tout est jaugé et qui ne servent qu'à la pompe et aux vanités mondaines... J'espère que dans peu d'années, l'argent sera aussi méprisé que les scories et que l'on verra tomber en poussières cette bête féroce anti-chretienne. Le peuple en est fou, et les antions délirent, considérant comme un Dieu ce poids inutile. Est-ce là pourtant ce qui doit servir à la rédemption tant attendue et qui ne tardera guère ? Lorsque les places de la Nouvelle Jérusalem seront pavées d'or, lorsque les perles et les pierres précieuses fermeront ses portes et que l'arbre de Vie, au milieu du Paradis donnera, par ses feuilles, la santé à tout le genre humain.

Eyrénée Philalèthe.


De ce que chacun méprise - j'accède à l'existence - Alors que je n'étais qu'ordure - je brille maintenant avec le plus grand éclat.

Lue sur une médaille provenant des Pays-Bas, datée de 1652..


Trois choses sont nécessaires, A savoir, La patience, la lenteur et l'aptitude des instruments.

Kalid Minor.


Le sol de ce lieu enchanteur (le Paradis) est composé de fleur de faine pure, mêlée au musc et au safran. Ses pierres sont des perles et des hyacinthes et ses palais faits d'or et d'argent.

Le Coran.


Lecteur, as-tu quelquefois respire Avec ivresse et lente gourmandise Ce grain d'encens qui remplit une église, Ou d'un sachet le musc invétéré.

Baudelaire.


Pauvre idiot, seras-tu assez simple pour croire que nous allons t'enseigner ouverement le plus grand et le plus important des secrets, et prendre nos paroles à la lettre...

Artephius.


Les Philosophes disent que leur Magistère a pour principe un , quatre, trois, deux et un

Dom Pernety.


Zevas suov euq erèitam al zernerp

Cette inscription cryptée qu'il s'agit de lire à l'envers nous invite à entre dans le processus..


Dieu a tout réglé avec mesure, avec nombre et avec poids.

Livre de la Sagesse..


La nature a toujours la balance à la main pour peser les éléments et en faire ses mélanges.

Dom Pernety.


Personne ne peut démontrer que les métaux soient morts et privés de vie... Or, je l'affirme audacieusement, les métaux les pierres de même que les racines, les herbes et tous les fruits sont riches de leur propre vie.

Paracelse.


Les couleurs sont magiques .... quelle chose merveilleuse que de se plonger dans la contemplation d'une couleur considérée comme simple couleur.

Tieck.


Donc notre matière, notre rosée est grasse, vaporeuse et lourde, on peut la trouver au-dessus de la terre.

La rosée, tiré de l'ABC de l'alchimie.


L'artiste est l'interprète des secrets de l'âme et de son temps sans le vouloir, comme tout vrai prophète, parfois inconsciemment à la manière d'un somnambule. Il s'imagine parler du fond de lui-même, mais c'est l'esprit du temps qui parle par sa bouche et ce qu'il dit existe puisque cela agit.

C.G. Jung.


A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes ; A, noir corset velu des mouches éclantantes Qui bombinent autour des puanteurs cruelles, Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes, Lance des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelle; I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles Dans la colère ou les ivresses pénitentes ; U, cycles, vibrements divins des mers virides, Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides Que l'alchimiste imprime aux grands fronts studieux ; O, suprême Clairon plein de strideurs étranges, Silences traversés des Mondes et des Anges : - O l'Oméga, rayon violet de ses yeux !

Gérard Labrunie dit Gérard de Nerval..


Homme ! Libre penseur, te crois-tu seul pensant ? Dans ce monde où la vie éclate en toute chose Des forces que tut tiens ta liberté dispose, Mais de tous tes conseils, l'Univers est absent, Respecte dans la bête un esprit agissant .... Chaque chose est une âme à la nature éclose. Un mystère d'amour dans le métal repose. Tout est sensible. Et tout sur ton être est puissant. Crains dans le mur aveugle un regard qui t'épie. A la matire même un vers attaché. Ne le fais pas servir à un usage impie. Souvent dans l'être obscur habite un Dieu caché. Et come un oeil naissant couvert par ses paupières. Un pur esprit s'accrôit sous l'écorce de pierre.

Gérart Labrunie dir Gérard de Nerval.


Je suis le Ténébreux, - le Veuf, l'Inconsolé, Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie : Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé Porte le Soleil noir de la Mélancolie Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie

El Desdichado.


L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce que dit à l'un Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et Splendeur ! Hermès inconnu qui m'assistes Et qui toujour m'intimida, Tu me rends l'égal de Midas, Le plus triste des Alchimistes ; Par toi je change l'or en fer Et le paradis en enfen ; Dans le suaire des nuages Je découvre un cadavre cher, Et sur les célestes rivages Je bâtis de grands sorcophages.

Alchimie de la douleur, Charles Baudelaire (1821 - 1867).


Les philosophes n'auraient jamais parlé de tant de couleurs différentes et de leur succession les unes aux autre, s'ils ne les avaient vues et obtenues.

Trois couleur ou les métamorphoses , ABC de l'Alchimie.


Apprenez que la tête de l'Art est le Corbeau qui vole dans les ténèbres de la nuit et dans la lumière du jour... Je vous ai découvert à la vérité ; lorsque cela commence à noircir, nous appelons cela la clef de l'oeuvre parce que sans la noirceur rien ne réussit. Car cette noirceur est la teinture que nous chechons et avec laquelle on teint tous les corps.

Le nigredo ou l'oeuvre au noir, ABC de l'Alchimie.


Au milieu de la nuit, je vis le soleil brillant d'une lumière d'un blancheur éclatante.

Apulée.


... lorsque l'oeuvre aura passé de la couleur cendrée au blanc pur, puis au jaune, tu verras la pierre philosophale, noitre roi élevé au-dessus des dominateurs.

Henri Kunrath.


Approchez-vous, fils de la sagesse, et réjouissez-vous ; car le règne de la mort est passé et le fils règne ; il porte l'habit rouge et on l'a vêtu de pourpre.

Isaïe.


Que l'adpte joigne en mariage légitime, selon la formule d'usage, Gabritius à Béja, le frère et la soeur, afin qu'il puisse en naître un glorieux fils du soleil.

Jean d'Espagnet.


Ici est né le roi digne de tout honneur Qui donne à l'homme tout ce qu'il désire : La santé, la vigueur, les pierres précieuses, Une jeunesse forte, belle et joyeuse... Et la belle et riche reine.... Qui détruit la mort, hait la mièsre, Donne richesse, honneur, biens et santé, Surpassant l'or, l'argemnt et les pierres précieuses Et toute médecine grande et petite.

Rosaire des Philosophes.


J'ai vaincu tous mes ennemis Et une glore céleste émane de moi, Multiple né d'un seul et un né de plusieurs, Issu d'une lignée glorieuse, je m'élève Du plus bas vers le haut. Les abîmes sans fond du nmonde S'unissent au plus haut, de sorte Que je suis l'Un et le Multiple en un même être Et je me multplie par dix.

Basile Valentin.


L'alchimiste savait au moins avec certitude qu'il portait aussi en lui, en tant que partie du tout, une image de la totalité, le 'firmament' ou 'l'Olympe', selon la formule de Paracelse.

C.G. Jung.


Le mystère vivant de la vie se dissimule toujours entre deux personnes, et c'est là le vrai mystère que les mots ne peuvent révéler et que les arguments ne peuvent épuiser.

C.G. Jung.


Ce qui apparaissait aux alchimistes sous 'forme métallique', se présente au psychothérapeute dans l'homme lui-même.

C.G. Jung.


Anges revêtus d'or, de pourpre de d'hyacinthe O vous, soyez témoins que j'ai fais mon devoir Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte Car j'ai de chaque chose extrait la quintessence Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or.

Charles Baudelaire.


Seule l'alchimie permet de réatteindre au sublime, mais avec drame.

Antonin Artaud.


Le soleil a besoin de la Lune comme le poulet de la poule.

Rosarium Philosophorum.


Votre sujet est devant les yeux de tous : personne ne peut vivre sans lui ; toutes les créatures s'en servent, mais peu le perçoivent. Chacun l'a en son pouvoir.

Le cosmopolite.


Cette chose est une pierre et n'est pas pierre, on la trouve partout, c'est une chose vile et précieuse, cachée et connue de tous. C'est un chaos ou esprit sous forme de corps et pourtant elle n'est pas un corps.

Braccesco.


Si nous déclarons nore matière spirituele, c'est vrai. Si nous la déclarons corporelle, nous ne mentons pas. Si nous la disons céleste, c'est son véritable nom. Si nous la disons terrestre, nous parlons avec exactitude.

Denis Zachaire.


Cette pierre vous parle et vous ne l'entendez pas. Elle vous appelle et vous ne lui répondez pas O stupeur ! Quelle surdité ferme vos oreilles ! Quelle exaltation obscure étouffe votre coeur.

Kitab el Foçul.


Regarde, il s'agit d'une chose unique, d'une racine unique, d'une essence unique à laquelle, rien d'extérieur n'est ajouté, mais à laquelle dans l'oeuvre de l'Art bien des choses superflues sont ôtées.

Jacques Boehme.


Notre Or cependant ne saurait s'acheter, à quel prix que ce fût, quand bien même tu en voudrais donner une couronne ou un royaume, car c'est un don de Dieu.

Eyrénée Philalète.


Sachez donc, mon cher fils dit le Maïtre en s'adressant à son disciple, que cette science n'est autre chose que la parfaite inspiration de Dieu.

Arnaud de Villeneuve.


L'homme a un atelier visible qui est son corps et un invisible qui est son imagination.

Paracelse.


Tiens l'oeil fixé sur la voie du sommet, mais n'oublie pas de regarder à tes pieds.

René Daumal.


Hermès vit la totalité des choses. L'ayant vue, il comprit. Ayant compris, il eut le pouvoir de révéler et de montrer. Et précisément ce qu'il savait, il l'écrivit. Mais ce qu'il écrivit il le cacha, gardant le silence plutôt que de parler, de sorte que chaque génération en venant au monde devait chercher ces choses...

ABC de l'Alchimie.


Destinés, nous étions tous les deux destinés... Chacun est-il maître de son destin ou sommes-nous les jouets de la fatalité...
Comment savoir ?
Extrait de la nomenclature Magdaletienne.
Ils dictèrent leurs propres idées et élucubrations d’une façon aussi magistrale et dictatoriale que s’ils avaient été véritablement d’authentiques messagers de la toute-puissance de Dieu.

Henry More (copié du site : http://perso.orange.fr/ours.courageux/newton.htm).


Je voudrais bien savoir comment on pourrait parvenir à décomposer les métaux en soufre, en mercure et en sel ; je m’engagerais à payer tous les frais de cette opération. J’avoue, pour mon compte, que je n’ai jamais pu y réussir.

Robert Boyle ( copié du site : http://perso.orange.fr/ours.courageux/newton.htm ).


Les sciences d’une époque sont toujours fonction les unes des autres, et l’on ne peut parvenir à connaître les raisons du développement d’une d’entre-elles si l’on prétend l’examiner indépendamment des autres.

Hélène Metzger (copié du site : http://perso.orange.fr/ours.courageux/newton.htm ).


Le nom seul de chimie semble annoncer la supercherie et la crédulité des hommes.

Pamphlet galénique (17ième siècle).


Soyez assuré, comme si un devin vous l’avait dit, qu’aussitôt que la nation grecque nous aura communiqué ses arts elle nous apportera une corruption générale qui s’introduira encore plus aisément si cette nation nous envoie ses médecins.

Caton l’Ancien.


Et toutes les herbes de la Saint Jean N’ont pas pu me guérir de cette peste.

Georges Brassens.


SGANARELLE Il y avait un homme qui, depuis six jours, était à l’agonie ; on ne savait plus que lui ordonner, et tous les remèdes ne faisaient rien ; on s’avisa à la fin de lui donner de l’émétique. DON JUAN Il réchappa, n’est-ce pas ? SGANARELLE Non, il mourut. DON JUAN L’effet est admirable. SGANARELLE Comment ? il y avait six jours entiers qu’il ne pouvait mourir, et cela le fit mourir tout d’un coup. Voulez-vous rien de plus efficace ?

Molière (Don Juan).


Vous aurez beau bâtir des églises, jalonner les chemins de chapelles et de croix, vous n'empêcherez pas les dieux de l'ancienne Thessalie de réapparaître à travers les chants des poètes et les livres des savants.

Hawthrone.


« Au royaume de Torgnol, promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas... Si le loup y était, le garou le boufferait. »

E. Herenguel.


Ma négritude n'est pas une pierre, sa surdité ruée contre la clameur du jour. Ma négritude n'est pas une taie d'eau morte sur l'oeil mort de la terre. Ma négritude n'es ni une tour, ni une cathédrale. Elle plonge dans la chair rouge du sol. Elle plonge dans la chair ardente du ciel. Elle troue l'accablement opaque de sa droite patience.

Aimé Césaire (né en 1913, Martinique), cahier d'un retour au pays natal, la Poésie 2006.


La nuit, les chênes Veillent come les Piquets d'une armée. Bien faisante et Les Myrtilles jettent Leur roches de fleurs Eclairées bienvenues Revenues de la guerre Si tant voyagé Enfin rendu.

Chanson du voyageur - Zachary Richard (né en 1950, Acadie) dans Faire Récolté 1997.


"Il ne faut pas cogner sur les blessures du coeur. Il n'y a jamais prescription, ça fait toujours mal"

F. Hebrard.


Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Ô Capitaine ! mon Capitaine ! fini notre effrayant voyage, Le bateau a tous écueils franchis, le prix que nous quêtions est gagné, Proche est le port, j'entends les cloches, tout le monde qui exulte, En suivant des yeux la ferme carène, l'audacieux et farouche navire ; Mais ô coeur ! coeur ! coeur ! Oh ! les gouttes rouges qui lentement tombent Sur le pont où gît mon Capitaine, Etendu mort et glacé. Ô Capitaine ! mon Capitaine ! lève-toi et entends les cloches ! Lève-toi - c'est pour toi le drapeau hissé - pour toi le clairon vibrant, Pour toi bouquets et couronnes enrubannés - pour toi les rives noires de monde, Toi qu'appelle leur masse mouvante aux faces ardentes tournées vers toi; Tiens, Capitaine ! père chéri ! Je passe mon bras sous ta tête ! C'est quelque rêve que sur le pont, Tu es étendu mort et glacé. Mon Capitaine ne répond pas, pâles et immobiles sont ses lèvres, Mon père ne sent pas mon bras, il n'a ni pulsation ni vouloir, Le bateau sain et sauf est à l'ancre, sa traversée conclue et finie, De l'effrayant voyage le bateau rentre vainqueur, but gagné; Ô rives, Exultez, et sonnez, ô cloches ! Mais moi d'un pas accablé, Je foule le pont où gît mon Capitaine, Etendu mort et glacé.

Walt Whitman, Traduction du poème en français, d'après l'édition définitive du recueil Feuilles d'herbe, par Léon Bazalgette; 2 vol. Mercure de France (1922).


Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix.

Benjamin Franklin.


"La maladie, la folie et la mort sont les anges noirs qui ont veillé sur mon berceau et m'ont accompagné toute ma vie."

Munch, Peintre (1907).


L'homme n'est que poussière : C'est dire l'importance du plumeau.

Alexandre Vialatte (Chroniqueur Journaliste : humouriste à ses heures ...).


Traiter les gens comme ils pourraient être, c'est les aider à devenir ce qu'ils devraient être.

provient du site http://www.aalals.org.


La paix est une bonne alternative à la guerre. Il en est de même dans Magdales.

Kéké, qui s'essaye aux aphorismes.


L'utopie n'est que le nom donné aux réformes lorsqu'il faut attendre les révolutions pour les entreprendre.

Jacques Attali.


Crier dans un seau peut parfois, à défaut d'être utile, calmer l'individu sans déranger le voisinage.

maxime de Kéké.


Si le mal existe en ce monde, il est dans le coeur de l'humanité.

-Anonyme.


Quand mon verre est plein, je le vide. Quand mon verre est vide, je me plains...

Aphorisme du bon vivant..


La forme même des pyramides n'est-elle pas là pour prouver qu'en Égypte comme ailleurs, les ouvriers travaillent de moins en moins.

Pierre Dumayet.


Je m'oppose à la violence parce que lorsqu'elle semble engendrer le bien, le bien qui en résulte n'est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent.

Gandhi.


« La connaissance est une navigation dans un océan d'incertitudes à travers des archipels de certitudes.»

Citation d'Edgar Morin.


Nér u meldorron umé alya Traduction de l'elfique en français : Un homme sans amis n'est pas riche ...

PrincesseDeneuch dans les royaumes renaissants.


Poème Fleurs Homme Tu as regardé, la plus triste la plus morne de toute les fleurs de la terre. Et comme au fleurs tu lui as donné un nom, tu l'as appelée pensée. Pensée c'était comme on dit bien observer bien pensée. Et c'est fleur qui ne vivent, et ne fanent, jamais tu les a apelés, immortelles. C'était bien fait pour elles.

Jacques Prévert recopier par Hugob.


Un jeu que l'on peut jouer est un jeu jouable .

Verton.


L'agriculteur est un homme qui transpire beaucoup afin de faire de son fils un monsieur qui rougira de lui plus tard.

Adrien de Courcelle.


L'économie est une science qui est seulement à la portée de riches

Henri Murger.


Si le commerce était mieux fait, c'est le client qui ferait son prix

Marcel Aymé.


L'argent, tout compte fait, aide à supporter la pauvreté.

Alphonse Allais.


L'avarice et la prodigalité sont deux défauts analogues. L'avare surestime l'argent. Le prodigue en méconnait la valeur

Tristant Bernard.


Il faut mépriser l'argent ... surtout la petite monnaie

François Cavanna.


Ce n'est pas que l'argent n'ai pas d'odeur, c'est que l'homme n'a pas d'odorat.

Henri Jeanson.


L'argent ne fait pas le bonheur de celui m'en a prété

Pierre Perret.


Quand j'étais jeune, je croyais que dans la vie, l'argent était ce qu'il y a de plus important. Maintenant que je suis vieux, je le sais.

Oscar Wilde.


Chaque assassin est probablement le vieil ami de quelqu'un.

Agatha Cristie.


Même le jour de ma mort, je croirai pas en Dieu. J'attendrai le lendemain.

Jean-Marie Gourio.


Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence. Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement et clairement votre vérité; et écoutez les autres, même le simple d'esprit et l'ignorant; ils ont eux aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l'esprit. Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus grand et plus petit que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressé à votre carrière, si modeste soit-elle; c'est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps. Soyez prudent dans vos affaires; car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe; plusieurs individus recherchent les grands idéaux; et partout la vie est remplie d'héroïsme. Soyez vous-même. Surtout n'affectez pas l'amitié. Non plus ne soyez cynique en amour, car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l'herbe. Prenez avec bonté le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d'esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude. Au delà d'une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l'univers, pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d'être ici. Et qu'il vous soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il le devrait. Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Soyez gai. Tâchez d'être heureux.

inscription anonyme trouvée en 1692 dans une église de Baltimore.


La plus grande erreur que l'homme puisse faire, c'est d'avoir peur d'en commettre une.

Malieca.


"l'Homme d'aujourd'hui est colossale par l'énormité des responsabilités qui pèsent sur lui et minuscule devant l'immensité des taches qui de toutes parts l'appellent. "

Abbé Pierre Extrait de son Testament .


"On n'est jamais heureux que dans le bonheur que l'on donne. Donner c'est recevoir".

Abbé Pierre .


Le seigneur ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur. Il exultera pour toi de joie,il se renouvellera par son amour.

Sophonie 3.


Fait de moi un instrument de Ta Paix. Seigneur fait de moi un instrument de tapaix. Là où il y a la haine, que j'apporte l'amour. Là où il y a l'offense, que j'apporte le pardon. Là où il y a la discorde, que j'apporte l'union. Là où il y a l'erreur, que j'apporte la vérité. Là où il y a le doute, que j'apporte la foi. Là où il y a le desespoir, que j'apporte l'espérance. Là où il y a les ténèbres; que j'apporte Ta lumière. Là où il y a la tristesse, que j'apporte la joie. Seigneur que je ne cherche pas tant à être consolé, qu'à consoler; à être compris, qu'à comprendre; à être aimé, qu'à aimer. Car c'est en donnantqu'on reçoit. C'est en s'oubliant qu'on se trouve. C'est en pardonnant qu'on est pardonné. C'est en mourrant qu'on ressuscite à la Vie Eternelle. Amen.

Prière de Saint François D'assise..


Pommes: issues du pommier mouvant qui pousse dans la forêt hantée, elles fonctionnent comme des rations normales et rassasient le joueurs fatigué.

propre au jeu magdale.


S'enrichir de nos différences pour converger vers l'universel

Léopold SEDAR SENGHOR.


Ce monde-ci, le même pour tous, nul des dieux ni des hommes ne l'a fait. Il a toujours été et il est et il sera un feu toujours vivant s'alimentant avec mesure et s'éteignant avec mesure.

Héraclite d'Éphèse, VIe siècle av. J.-C..


L’Eglise a pour les bêtes le mépris de Platon

Emmanuel Leclainche.


Voyez, dit-elle, les prodiges qu’accomplit le paysan dès qu’il devient propriétaire du sol qu’il cultive ; voyez comment il pioche et remue son lopin, quelles récoltes il retire d’une terre très souvent ingrate !

Kropotkine, Paroles d’un révolté.

Les textes suivants || Voir tous les textes


Si vous constatez une erreur, une coquille, merci de me le signaler en écrivant à magdales@free.fr .
Si vous désirez rajouter un nouveau texte qui ne figure pas dans cette liste, merci d'aller ici :Rajouter un nouveau texte à la liste ici présente.
Jeux-Web.comhttp://www.jeux-alternatifs.com/
Langue fr Langue en Langue de Langue it Langue zh Langue es Langue ar